Mes petits plaisirs – Simple things

Simple things - mes petits plaisirs

Ces instants-là, les plus simples les plus inattendus les plus vrais.

Partager un café, ensemble, un vendredi après-midi. Apprendre un poème par cœur, sentir l’air frais sur sa peau. Réserver un vol pour un pays, encore, inconnu. Écrire. Créer. Faire des projets à quatre mains. S’enthousiasmer. Aller voir la mer. S’offrir une journée, juste à soi, pour soi. Ralentir. Observer le jour qui se lève et sa lumière bleutée. Se glisser dans un pull en cachemire. Apprivoiser ses émotions. Apprendre. A se regarder, à relever les yeux. A se dire merci.

Le premier verre en terrasse de l’année, la douceur d’Holly, le fou rire inattendu qui envole. Le thé à la cannelle et les mots enfouis dans le Moleskine. Le film qui bouleverse qui grandit qui émeut. Les baisers volés. Le premier plongeon. L’instant où l’avion décolle. Et puis, la vue par le hublot. L’annonce d’une nouvelle vie. La mélodie d’un piano, la beauté d’une rencontre, la douceur d’une pluie d’été. Le bruit de pas sur le parquet. Les mots qui font écho, qui font sens. Le silence. La justesse d’un roman. L’orage qui éclate la nuit, l’été. La beauté qui secoue. Toute entière.

Le premier regard, de ces mots-là, sur du papier glacé. Flotter. Sentir son cœur qui bat, un peu plus fort, qui se serre. Juste au dessus, le sourire qui éclate. La vie brutale surprenante émouvante. La serrer fort, cette petite vie-là. Les papillons au creux du ventre, les paillettes sur les paupières, les frissons. Sentir le bonheur grimper en soi.

Imposer sa chance. Serrer son bonheur*.

* En référence au joli poème de R. Char « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te
regarder, ils s’ habitueront ».


Simple things magazine

Comme je vous l’écrivais hier sur Saisir sa chance, ce petit texte a été publié sur le magazine Simple Things au mois de juillet. Les photographies sont issues de la séance photo réalisée avec Mulot B. dans le cadre de notre projet commun « se souvenir des belles choses ». Vous pouvez voir une petite photographie de l’article ici.

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Saisir sa chance

Simple things - mes petits plaisirs

 

J’avais hâte de vous en parler, de poser ces mots ici. Ces mots écrits pour Simple Things au printemps dernier et publié dans l’édition d’été. Si vous aviez vu mon sourire le jour où j’ai reçu le mail. C’était un mercredi après-midi. Je trouvais ça tellement fou. C’était la première fois que mes mots seraient publiés sur du papier glacé. C’était incroyable. Je trouvais ça incroyable. Et, c’était grâce à cet espace ici, grâce à mon blog.

Alors, j’ai mis du temps pour les écrire ces quelques lignes-là. J’ai recommencé, corrigé, raturé. Je voulais des phrases qui glissent. Des phrases qui donnent le sourire et qui rappellent que la vie est belle. Des mots qui rappellent aussi la douceur et la poésie du quotidien. Un texte qui apaise, rassure, donne envie d’aller de l’avant. Un texte à la fois simple, joyeux et positif. Un texte qui transmettrait l’essentiel. Je ne sais pas vraiment si j’y suis arrivée.

Vous savez, jusqu’à l’envoi de la version finale, je modifiais des mots, des virgules, parfois des tournures de phrases. J’ai dû le relire cent fois et me demander autant de fois si j’avais vraiment ma place dans ce magazine. Cent fois à vouloir faire mieux, à douter, à hésiter à recommencer. A me rappeler, aussi, ma chance.

Et puis, le jour de sa sortie, je suis allée dès l’ouverture acheter le magazine. Chaque mot semblait finalement à sa place. J’ai arrêté de me poser mille questions sur le placement d’une virgule ou le choix d’un mot. J’ai saisi ma chance. J’ai souri. Il y avait mes mots dans un magazine que j’aime beaucoup et c’était l’essentiel. J’ai décidé d’arrêter de douter ce jour-là et j’ai serré mon bonheur.

 


Simple things magazine

 

Un blog, mon blog, est une boite à merveille. Il est un tremplin pour croire en mes rêves, pour me rappeler que tout est possible et qu’il faut y croire. Toujours. Je croise les doigts pour conserver cette spontanéité et ces paillettes dans les yeux. Pour conserver, finalement et aussi, ce blog comme un endroit douillet, simple et où l’on se sent bien. Où l’on se souvient des belles choses. Pour conserver le plaisir d’écrire et de partager tout cela avec vous.

Pour ne pas oublier aussi cette chance-là, cette chance incroyable. Grâce à vie-de-miettes.fr, j’ai rencontré des personnes fabuleuses, j’ai collaboré sur des chouettes projets, j’ai voyagé. J’ai écrit, je me suis écrit. J’ai pris du temps pour moi aussi. Ce blog m’aide à prendre de la hauteur, du recul sur mes émotions et à aller à l’essentiel. Il m’aide à grandir. Il rend le quotidien plus doux et joyeux. Il y a quelques semaines, j’ai glissé notre adresse postale en bas de la newsletter dont s’occupe Holly. Hier, j’ai reçu une jolie lettre pour Holly et moi. Des mots si juste s’étaient glissés à l’intérieur. Merci Géraldine. Tu as ensoleillé ma journée.

C’est grâce à lui, à vous aussi je veux dire, que j’ai osé me lancer en freelance et vivre de ma passion. Parce que oui, je sais que tout ça, c’est en grande partie grâce à vous, grâce à vous qui me lisez régulièrement et qui me conseillez, m’encouragez, me faites confiance.

Ce texte part un peu dans tous les sens. C’est un peu long et fouillis. C’est finalement, je crois, un peu tous les sentiments positifs qui se mélangent dans ma tête. C’est un peu tout ça quand je pense à mes mots dans Simple Things, mon voyage en Jordanie ou encore à toutes mes belles rencontres. Quand je pense à « se souvenir des belles choses ».

Je publierai le petit texte que j’ai écrit pour Simple Things demain. En attendant, je vous glisse un dernier merci, et je vous dis à demain alors ?

 


Simple things magazine

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

A la découverte du Maroc

maroc-en-amoureux-semaine

 

Il y a ce pays qui s’apprend par tous ses sens, qui vous découvre, vous surprend. Ce pays qui vous pousse à aller de l’avant, à ne plus avoir peur, à aller vers l’autre. Ce pays plein d’énergie et de soleil qui vous transmet une énergie incroyable. Ce pays qui vous rappelle que le bonheur tient à peu de choses et qu’il est là devant vous. Il suffit d’ouvrir les yeux, de le saisir.

Il y a Marrakech et sa place Jemaa el Fna, ses souks, ses riads sublimes et sa vie enivrante à l’intérieur de la médina. Son jus d’orange pressé, ses dattes et ses tapis sublimes. Marrakech et ses petites ruelles étroites, ses mobylettes qui surprennent et sa foule qui se presse. Ses cornes de gazelles et son huile d’argan. Marrakech, la féérique. Il y a le jardin Majorelle, aussi et bien sûr, qui apaise à coté du bouillonnement de la ville. Qui est encore plus beau en vrai. La Koutoubia qui veille, qui est si grande si majestueuse si présente. Qui sert de boussole. Il suffit de lever les yeux.

Il y a Essaouira, Essaouira la belle, Essaouira la bleu. La mer qui l’entoure, la vue de la médina du port. Il y a l’Atlas et les paysages qui vous coupent le souffle. La gentillesse et la bienveillance de Philippe, de Toufic et des marocains croisés au fil des rencontres. Il y a le jus d’avocat aux amandes et la pastilla que l’on partage au milieu de l’après-midi. La terrasse sur le toit pour admirer le coucher de soleil et les lumières de la ville qui s’allument alors. Les conteurs de mille et une nuits, les dompteurs de serpents, les acrobates. Il y a toutes ses couleurs et ses sourires qui nous ancrent dans ce pays plus qu’on ne l’aurait imaginé.

Il y a le désert que l’on découvre, après une journée de route, alors que le soleil se couche. Mieux que tous nos rêves d’enfant. Mieux qu’en fermant les yeux. Le désert et la vue époustouflante du ciel aux mille couleurs alors. L’horizon de dunes et et les dromadaires qui s’enfoncent  doucement dans le Sahara. Les rires sur le chemin et nos yeux qui pétillent. Il y a le thé à la menthe comme signe du bienvenu, les notes de musique et les chants tard dans la nuit. Les échos avec la Jordanie, les murmures, le ciel étoilé. Il y a toutes les étoiles filantes qui transporteront nos vœux cette nuit-là et qui nous rappelleront, malgré elles, notre fragilité. Loin de tout, au creux de nous, la vie est là.

Il y a toutes ces émotions auxquelles on ne s’entendait pas, ces émotions qui vous prennent au corps et vous secouent.

 


 

maroc-desert-amoureuxMaroc désert romantique

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis