De l’arrière pays australien et des dauphins

australie-the-great-ocean-road

 

De l’Australie, je n’avais alors vu que son aéroport et Melbourne. J’avais en tête une Australie citadine, solaire et créative. Alors un soir, après le diner, on a pris la voiture et on a roulé vers la péninsule. Il faisait un ciel d’été. On est arrivés dans cette maison de bord de mer vers vingt-deux heures. Le ciel était noir et débordait d’étoiles. On est restés, tous les quatre, collés à cette vue.

Ce soir-là, on a joué comme des enfants. Sur le trampoline géant. Dans la piscine. Dans le jardin. Sur la terrasse, on a ouvert une bouteille de vin et on a partagé nos premières impressions australiennes. C’était un soir de début de printemps. Cela ressemblait à un soir de vacances, un soir où le temps semble se suspendre.

Alors, on a repoussé le moment de s’endormir. On a raconté les couleurs les sensations les images. On a énuméré le programme du lendemain, et des journées suivantes. On a listé les choses à voir à faire à manger. Et, quand vers trois heures, on s’est enfin endormis, on avait des étoiles accrochés à nos yeux.

 

Australie, Melbourne Australie, Melbourneaustralie-vacances-nature

 

Et puis, six heures du matin, la nuit encore et les petits yeux de chat. Le petit déjeuner préparé par Anne sur la table en bois du jardin et le bruit de l’océan qui éveille. Doucement, tout doucement. Les gestes endormis et le sourire des journées, que l’on imagine, déjà parfaites.

Il y a des lieux qui restent en vous, des routes qui vous secouent par leur beauté et leur évidence. Qui vous marquent, qui vous transforment littéralement. Je me souviens de cette route empruntée le matin pour rejoindre le port de Polperro. Quelques kilomètres avant d’arriver, on s’est arrêtés au bord de l’océan. C’était au tour du ciel de s’éveiller. Il était rose bleu rouge jaune orange. Ou alors c’était l’océan qui portait ces couleurs-là. On s’est arrêtés et on a oublié nos mots. On a regardé, et voilà. La beauté nous a englouti.

Du bateau, je me souviens de ce mélange d’excitation, de froid et d’émerveillement. De la combinaison fine d’enfant enfilée et les mains qui tremblent déjà un peu. J’avais huit ans et je voulais tout. J’ai sauté dans l’océan. Sous l’eau, j’ai ouvert les yeux. J’ai vu des dauphins passer en dessous, au dessus de moi.  J’ai souri. Je les ai vu libres, fiers et filants. Je les ai vu et c’était incroyable. Je répétais : j’ai vu des dauphins, c’est beau. Je tremblais et je n’avais pas froid. J’ai oublié le froid.

 

australie-vacances-nature-19 australie-vacances-nature-16

Un peu plus tard, on a rejoint Anne et Nath. On a bu un chocolat chaud et dévoré des cookies en racontant les dauphins. On a montré les dauphins sur la petite caméra. On a dit, on a répété, c’est beau.

Vers midi, on a rejoint l’arrière-pays. On a découvert les paysages au ciel bleu et à l’herbe verte. Au soleil, on a dégusté du vin australien qui sent bon le soleil. On a déjeuné face aux vignes. On a ri, beaucoup. On a passé l’après-midi à dévorer les paysages et à prendre des photographies. On a pris le temps. On a savouré l’Australie.

 

Australie, MelbourneAustralie, Melbourne
Australie, MelbourneAustralie, Victoria


Un peu avant le coucher de soleil et de rejoindre la maison au bord de mer, on s’est arrêtés sur la cote. On voulait voir les cabanes colorées. On voulait voir la mer.

La plage était déserte. On s’est imaginés vivre ici le temps d’un été. Le bruit des vagues, l’absence de touriste, la nature tout à coté.

On a longé la mer les pieds dans l’eau. Et, à nouveau, on a répété : c’est beau.

australie-melbourne-arriere-pays-2 australie-koala-85

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Instantané d’Egypte

Egypte Steam ship sudan

On dirait l’été.

On dirait la chaleur. La chaleur qui colle à la peau et la colore jour après jour. Qui la marque. On dirait l’histoire, l’histoire écrite, gravée à même la pierre. L’histoire qui raconte le berceau de notre humanité. On dirait des temples des colonnes des chapelles. On dirait le désert, on dirait des palmeraies. On dirait Louxor Esna Edfou Kom Ombo Assouan. On dirait Isis, on dirait Osiris.

Au loin, le Nil et puis du vert tout autour. Du bleu au dessus. Un peu plus loin encore, on aperçoit une cabane de pêcheur. On entend le rire des enfants.

On dirait un bateau d’un autre siècle. Il est silencieux. C’est un bateau à vapeur. Parfois, à la nuit tombée, on raconte que l’on y croise Hercule Poirot. A l’intérieur, on dirait le bonheur. L’élégance et le temps retrouvé. Sur le pont supérieur, on dirait un groupe d’amis. Les garçons portent des pantalons en lin, les filles sont en robe. Certaines ont des chapeaux de paille, d’autres un châle sur les épaules. On entend le Nil, on entend le bonheur.

Dans leur main, on dirait de la citronnade. Peut-être du vin. Ils ont le temps. Ils prennent le temps. Ils rient. Ils discutent. Ils s’émerveillent à la vue des paysages. Ils disent c’est beau. Ils ajoutent on dirait un tableau d’été. 

Déjà, le soleil se couche. Le ciel est bleu orange jaune rose. Le parquet s’ensoleille. Le temps est suspendu.

On dirait l’Egypte, on dirait le Steam Ship Sudan.

 

 

egypte-steam-ship-sudan-9egypte-steam-ship-sudan-25 Egypte Steam ship sudanegypte-steam-shit-sudan-22egypte-steam-shit-sudan-29

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Un agenda créatif (et un petit concours)

Agenda - vie de miettes

Depuis que je propose des créations à imprimer, c’est une question qui revient souvent, peut-être un rêve de petite fille aussi : avoir mon agenda à moi, un agenda que l’on pourrait trouver en librairie, que l’on pourrait glisser dans son sac et emporter un peu partout avec soi, un agenda qui sentirait bon la bonne humeur et qui me ressemblerait, nous ressemblerait. Un agenda joyeux, créatif, coloré. Un agenda inspiré et inspirant.

Un agenda, comme une jolie manière de donner vie à mes créations, de pouvoir les toucher pour de vrai. Une manière de monter sur une marche et de dire que c’est mon agenda à moi, c’est moi qui l’ai fait. Et puis, de sourire sourire sourire avec ce petit carnet dans les mains. De se dire qu’il sera là pour nous accompagner durant une année, nous tenir en éveil et nous inspirer.

Alors, quand Viviane m’a proposé il y a quelques mois de travailler sur l’agenda du journal de Saxe et qu’elle m’a donné toute sa confiance pour faire un agenda créatif à mon image, à celles des inspirantes, à celles de toutes les créatrices ; j’ai eu un sourire immense qui ne m’a plus quittée durant quelques jours – et puis, une pression folle de ne pas être à la hauteur aussi. Alors comme toujours quand j’ai un peu peur, j’ai arrêté de réfléchir, j’ai sauté et j’ai essayé de faire pour le mieux.

J’ai réfléchi à ce que ressemblerait mon agenda parfait. J’ai fermé les yeux. J’ai gribouillé dessinée raturé. J’ai recommencé. J’ai voulu un agenda élégant, joyeux et créatif. Je voulais qu’il soit à la fois pratique et heureux. Que nos rendez-vous professionnels trouvent autant leur place que nos idées créatives. Je voulais aussi qu’il y ait des espaces pour laisser notre imagination vagabonder et des lieux pour réfléchir à notre semaine, et à celles à venir. Je voulais un agenda doux, un agenda de grands enfants. Un agenda qui trouverait sa place sur un bureau, tout en glissant mine de rien un peu de couleur, de sourire et de gaité. Je voulais des jolis motifs. Je voulais que l’on ait envie d’écrire dessus, de gribouiller, de se l’approprier. Je ne voulais pas d’un agenda-musée où l’on oserait pas écrire dessus. Aussi, je voulais qu’il soit assez discret pour ne pas s’en lasser au bout de quelques semaines. Assez coloré pour rendre nos semaines un peu plus joyeuses. Assez ergonomique pour simplifier nos journées. Assez ludique pour nous faire sourire.

 

Agenda Saxe

 

Je voulais aussi que cet agenda, à l’image de ce blog et du journal de Saxe, cela soit un peu vous. Un agenda à mille mains et sourires en quelques sortes, un agenda qui nous ressemble. J’avais demandé, il y a quelques mois, sur Facebook si vous aviez des envies et des idées particulières. J’ai tout noté, trié, réfléchi. Vos idées étaient parfaites. J’ai essayé de jongler avec vos envies. J’espère avoir réussi à synthétiser l’essentiel.

Je me suis aussi rendue compte comme cela pouvait être compliqué de tout faire rentrer en conserver une apparence aérée et épurée. En ne finissant pas avec mille encarts sans ni queue ni tête et avec un agenda beaucoup trop imposant – avoir un agenda assez léger me semblait essentiel. Alors, j’ai dû faire des choix. Vous y retrouverez notamment des listes pour noter vos idées de créations et les choses à faire. Des idées de créations des chouettes inspirantes, des autocollants heureux à coller partout et un carnet d’adresses.

J’ai eu, enfin, une dernière idée aussi pour glisser encore un peu de vous dans ce projet avant de terminer la PAO et qu’on le laisse partir à l’impression. Chaque semaine, j’ai imaginé un espace pour faire le bilan des derniers jours. Pour le rendre un peu ludique, j’ai pensé l’accompagner de trois propositions-mots à cocher : semaine confettis, semaine sourire, semaine orageuse. Je me suis dit que vous pourriez participer une dernière fois à la création de cet agenda et me murmurer trois (ou plus !) mots à l’image de vos semaines. Oh, et puis, pour vous remercier, j’ai deux exemplaires à vous offrir quand il sortira. On dit que je piocherai dans les commentaires ?

Non, non, non, je n’écris pas du tout cet article avec un sourire géant collé à mes lèvres. Non, non, non. Je n’avais pas du tout hâte de vous en parler. Et non, non, non, je n’ai pas du tout peur de vos réactions sur ces toutes premières images partagées. Non, non, non.

 

Agenda créatif vie de miettes Agenda récréatif vie de miettes Agenda Saxe

 

Deux exemplaires de l’agenda à gagner !

 
Pour participer, c’est tous simple, glissez-moi simplement, en commentaires, trois adjectifs (ou plus) à l’image de vos semaines.
Je tirerai au sort parmi les commentaires déposés sous cet article avant le 1er juillet un heureux gagnant.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis