Note du dimanche

Valencia, centre historique

 

Je me demande, parfois, si j’oublierais tout ça ; si je décidais de poser mes bagages à Valencia un peu plus longtemps que quelques semaines.

Si j’oublierais, je veux dire, le bonheur de se lever avec ce ciel bleu au dessus de la tête tous les jours, la liste de mots espagnol-français dans le moleskine et la petite fierté de m’exprimer-comprendre-entendre de mieux en mieux. Je me demande si j’oublierais, ce que cela fait, d’avoir la mer à portée de pas et le bonheur de voir Holly faire son poisson-clown dans l’eau. Si j’oublierais la joie de vivre des valenciens et la douceur qui semble s’infiltrer dans chaque rue ici. Si j’oublierais l’élégance du Carmen et la légèreté de Ruzafa en fin de journée. Si j’oublierais, si je fermerais petit à petit les yeux, si, tout ça, tout deviendrait presque normal.

Je me demande parfois aussi, si, un jour, j’oublierais ma chance d’avoir un travail qui me colle au coeur. Qui me permet d’écrire de photographier de dessiner de créer de m’éveiller. Qui me permet d’avoir un peu de temps pour voyager, pour partager, pour vivre. Je me demande si, un jour, je ne saurais plus regarder cette liberté-là, cette chance-là ; comme un cadeau de la vie.

Je ne sais pas si l’on se fait à tout, si l’on oublie et que tout devient un peu normal un peu acquis avec le temps, je ne sais pas. Alors, j’écris et je me dis que, peut-être, un jour gris-brouillon, ces mots seront une jolie piqure de rappel.

On restera des éveillés pour la vie, dis ?

 
 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Je crois que l’on oublie, oui. Mais il faut mettre un point d’honneur à ne pas oublier justement, et continuer à voir les belles petites choses qui font le sel de la vie <3

    Répondre
    • Oui, c’est ce que je me dis aussi. Ou alors, il faudrait déménager, voir ailleurs, revenir. Rester hors de sa zone de confort. Cela reste toujours un équilibre à trouver.
      Mais oui, oui, rester en éveil, toujours. <3

      Répondre
  2. Oh oui ! Je te suis dans cette douce envie, rester éveillée, continuer à m’émerveiller, sourire, rire de tout et pour un rien, autant que les larmes me montent facilement aux yeux. Si elle m’embarasse parfois, je ne peux m’empêcher d’y tenir à cette sensibilité-là qui m’expose.
    Doux dimanche May !

    Répondre
    • <3
      Cela me fait sourire parce que je crois que j'aurais pu écrire exactement (enfin dans le fond) ta dernière phrase. Oui, oui, oui, c'est parfois un peu compliqué d'être (un peu trop) sensible, mais c'est souvent aussi un joli cadeau de la vie. Et ce cadeau-là, je l'échangerai pour rien au monde.
      Des bisous la toute jolie !

      Répondre
  3. On n’oublie pas, on s’habitue… Mais, je sais que tu as suffisamment les yeux grands ouverts pour toujours profiter et t’émerveiller!

    Répondre
  4. Oui ! On restera conscient de notre chance d’être en vie et d’avoir de merveilleux moments de bonheur :)

    Répondre
  5. Moi je crois qu’on oublie pas. Ou peut-être, plus justement, qu’on décide ne pas oublier, parce qu’on a choisi de garder toujours en tête qu’il fallait se souvenir des belles choses.
    Cela fait 3 ans que je suis à Montréal, et cela fait 3 ans que tous les jours, je regarde la ville comme une ville nouvelle et pleine de promesses – accomplies, en cours, ou à venir.
    Et je sais que si un jour, j’oublie tout ça, c’est qu’il sera temps de partir.

    Répondre
  6. Personnellement, je pense que pour rester des éveillés pour la vie, il faut une « entrainement » quotidien à apprécier les petits bonheurs que l’on trouve partout autour de soi…l’herbe peut paraître plus verte ailleurs, mais en fait elle est déjà verte autour de nous :). Merci en tout les cas de nous faire partager tes réflexions, et continue à être un petit moment de bonheur dans nos journées quand on te lis.

    Répondre
  7. Oui malheureusement, je crois que parfois on oublie :parce que l’on s’habitue, alors on prends tout ceci pour acquis.
    Mais garder trace pour les jours gris permet de faire mémoire et de se remémorer la chance que l’on a.

    Répondre
  8. Elle est jolie cette ambition, celle de rester des éveillés pour la vie. J’en suis, chiche !
    C’est drôle comme au fil de tes articles sur Valence, tu ancres lentement mon envie de passer du temps dans cette ville. Pas dans une fulgurance comme la découverte d’un article sur un voyage extraordinaire au bout du monde, qui donne envie de sauter dans un avion dans la minute pour aller voir de ses propres yeux tels paysages incroyables. Plutôt comme une nécessité qui s’impose sur le long terme, comme une envie de voir simplement le temps défiler à Valence, de m’y inventer une routine pour une durée indéterminée.

    Répondre
  9. :) On n’oublie pas … La vie est un cadeau de chaque instant, elle nous surprend toujours … Alors peut-être puis-je affirmer cela parce que je suis (très) sensible et que je m’émerveille toujours d’un rien ou de tout … J’ai toujours été cette fille avec une âme d’enfant et des réflexions d’une personne plus âgée, cette fille qui prend son temps et savoure chaque instant : s’arrêter quelques minutes regarder ces oiseaux-là ne me mettra pas en retard, mais me donnera le sourire toute la journée …
    Alors ce qui est gravé dans ton cœur et dans ton âme ne s’oublie pas, promis. & quand tu parles de Valencia, tu éveilles en moi plein de souvenirs des 3-4 séjours que j’ai passés là-bas :)

    Répondre
  10. Je crois que c’est un peu humain d’oublier, parfois, mais je crois surtout à la possibilité de se souvenir, de faire l’effort de se souvenir, régulièrement, un peu tous les jours, le temps de quelque secondes seulement, ou plusieurs jours… comme un petit exercice, pour s’habituer, et puis ça devient naturel. Tant qu’on arrive à se souvenir quelques secondes, on tient le truc pour se souvenir tous les jours, et tant qu’on se souvient, et qu’on voit, les jolies choses, les détails, les tout petits riens qui mettent des larmes aux yeux… alors tout ira bien :)
    Belle journée May !

    Répondre
  11. Moi je crois qu’on ne s’habitue jamais vraiment à la beauté. Que chaque jour elle se rappelle à nous avec autant de force et sait trouver son chemin jusqu’au fond de nos coeurs…

    Répondre

Déposer un commentaire

  • (ne sera pas publié)