Note du mercredi retour,


L’avion est parti et il est déjà revenu. Le temps parfois s’accélère jusqu’à se perdre dans un tourbillon. Un battement d’ailes et les trois jours sont terminés. Le carnet-joli est posé sur mon bureau. Il est là afin que les mots tiennent droits, restent sur la bonne ligne, ne dérivent pas. Ce n’est pas toujours simple de ne pas se tordre. C’est dans l’avion qu’il fut baptisé. Ma main tremblante apposait le titre, accolé à la date. C’était instable mais écrire m’envolait plus haut que les nuages.Quand je gribouille dessus, les souvenirs sourires se dessinent au bout du crayon noir. Les mots sonnent comme la nostalgie et l’espoir. Le présent y est élidé. J’ai écrit durant une heure, durant un heure j’ai écrit les souvenirs d’un week-end passé trop vite. Je voulais écrire les mots encore chauds, encore enfouis entre les larmes et les sourires.
J’ai dessiné le rêve, le rêve.

C’est la première fois que je ne voulais pas sortir de l’avion. Je crois que je ne voulais pas à nouveau enlacer le quotidien.
Il me parait un peu trop bas maintenant, par rapport aux nuages.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Note du lundi,


Quand l’avion decolle, c’est tout un univers qui s’ouvre a nouveau face a moi. L’infini est proche du neant et du vide lorsque (…).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis


Vendredi,

Le soleil s’est enfui trop loin et trop vite. Je suis seule et glacée, glaciale.
Les sourires demeurent les éternels absents.
Demain, je resterai. Ou je partirai. Bien/mal. Qu’importe, qu’importe.
Il faut avancer, avancer pour mieux s’écrouler sur la chair terrestre.
Se fracasser, s’émietter et se laisser picorer.

Parfois, c’est dur.
Il faut choisir. Bien/mal.
Essayer de faire pour le mieux et accomplir le pire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis