Une année inspirante

 

Kit de Noël pour les réseaux sociaux (et merci géant)

 


 

Et voilà, c’est (déjà !) le dernier jour du calendrier de l’avent et la toute dernière petite surprise quotidienne. C’est aussi l’occasion pour moi de faire une petite pause dans la course de Noël pour écrire et publier cet article. J’ai imaginé pour aujourd’hui des petites choses à télécharger pour glisser un peu de merveilleux et d’amour sur les réseaux sociaux.

J’ai imaginé plusieurs images à mettre sur votre profil Facebook, Twitter ou Instagram. Il vous suffit de faire un clic droit sur l’image et de cliquer sur Enregistrer sous pour les utiliser ensuite où vous le souhaitez.

Je tenais aussi à vous remercier d’avoir rendu ce mois de décembre aussi joyeux, surprenant, et doux. Si je le pouvais, je crois que je vous serrerai fort dans mes petits bras là tout de suite. Mercredi, Anthony a croisé, dans notre rue, une personne qui lui a demandé si Holly, donc, s’appelait Holly, si c’était bien Hollynette-vie-de-miettes. Holly a remué la queue et Anthony a dit oui. Et cette personne, tombée du ciel, lui a dit de me dire que mon petit blog faisait du bien, de me dire merci. J’ai eu un sourire collé à mes lèvres toute l’après-midi. Et, à vous l’écrire aujourd’hui, je l’ai à nouveau. Alors, merci merci merci à vous si vous passez par ici.

Ce mois de décembre a été à l’image de cette anecdote-là : joyeux et féérique. Grâce à vos mots, vos sourires, vos commandes. Grâce à votre soutien et votre enthousiasme. Et je me rappelle, encore une fois, comme Vie de miettes est une boite à merveilles et comme il rend, chaque jour, mon quotidien doux et un peu fou. Comme il me permet de grandir doucement et comme il a ouvert des fenêtres là où je ne les attendais, rêvais pas. Vous m’auriez demandé ce que j’aurais aimé faire, ou être, quand-je-serai-un-tout-petit-peu-plus-grande il y a cinq ans, cela ressemblerait beaucoup-beaucoup-beaucoup à mon quotidien aujourd’hui.

 

 


Je me souviens avoir rédigé mon premier article sur un blog en seconde. Nous étions alors une poignée d’amis à nous lire. Nous partagions quelques textes et photographies. C’était léger. Tout doucement, quelques personnes ont commencé à me lire. On a échangé quelques mots, parfois un café. C’était simple et naturel. Cela fait plus de dix ans et je n’ai jamais arrêté de bloguer.

J’ai créé la page Facebook du blog il y a cinq ans un après-midi de décembre. C’était un 28 décembre. Il y a cinq ans, et quelques heures après la création de cette page, vous étiez un peu plus d’une centaine à l’aimer. Je trouvais ça, tellement, tellement, dingue. Aujourd’hui, on approche doucement les 10 000 et, chaque fois que je vois ce chiffre grandir, je le trouve géant – il est géant. Vous êtes un peu plus de 6000 à venir me lire chaque jour quotidien sur le blog et un peu plus de 10 000 à me suivre sur mon compte Instagram. Et, vous savez, je trouve ça tellement, tellement, dingue – et irréel. Je me dis que c’est quand même un peu beaucoup sans parvenir vraiment à visualiser ce beaucoup. Et ce n’est peut-être pas plus mal – je crois que j’aurais un peu peur d’écrire après si je voyais vos petites têtes me lire.

Je ne sais pas trop comment tout ça est arrivé, pourquoi vous me suivez-encouragez-appréciez. Je ne sais pas et je me répète, chaque jour, ma chance. Je ne sais pas trop non plus si vous avez conscience de l’énergie et de la force que vous m’apportez au quotidien. Si vous avez conscience, que c’est grâce à ce blog, que j’ai eu un jour le courage de me lancer à mon compte. Que j’ai la chance, aussi, de vivre de ce que j’aime le plus au monde. D’écrire, de voyager, de photographier, de dessiner, d’imaginer, de rêver. Que tout ça, oui, c’est grâce à vous. Grâce à votre soutien et votre confiance et et que je ne pourrais jamais assez vous dire merci pour tout ce que vous m’apportez.

Alors, voilà, merci, merci, merci. Dix mille fois mercis. Vous êtes des petits soleils de Noël. Et ce calendrier de l’avent était un minuscule merci dans tout ça.

Oh et puis, quand même, je vous souhaite un Noël drôlement joyeux, doux et inspirant.

Signé la petite guimauve (de Noël)

 


Découvrir le calendrier de l’avent

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Guide juridique de la blogueuse


 

J’avais vraiment, vraiment, hâte de vous parler de Sandra. Si vous m’avez croisée ces derniers mois, je vous en ai sûrement déjà parlé. Je parle à tout le monde de Sandra. Sandra est une fée. Mais avant d’être une fée, Sandra est avocate en affaires et spécialisée dans les TPE et PME.

Depuis plus d’un an, Sandra m’accompagne au quotidien dans mon travail. C’est elle qui me pousse à aller de l’avant, qui m’encourage et me dit de ne pas avoir peur. C’est aussi la petite fée qui s’occupe de toutes les choses pas très drôles juridiques pour que je puisse travailler sereinement et me consacrer sur ce que j’aime faire le plus au monde : conseiller, créer et développer.

J’ai rencontré Sandra l’automne dernier et je répète depuis que c’est ma plus jolie rencontre de l’année. En plus d’être particulièrement talentueuse dans son travail, Sandra est inspirante et incroyablement douce. Elle ne m’a jamais bousculée. Je suis arrivée avec mes dizaines de questions dans la tête et les mains tremblantes : j’ai des conditions générales de prestations de service, est-ce que c’est suffisant ? est-ce que cela me protège assez ? J’ai atteint le seuil maximum de chiffre d’affaire possible en micro-entreprise, que va-t-il se passer maintenant ? Dois-je protéger le nom du blog ? Faut-il que j’ajoute des mentions légales ? Je voudrais peut-être un jour proposer des documents imprimés à la vente, mais je ne suis pas sûre que cela soit possible de la facturer dans ma société actuelle, comment faire ? etc.

Cela débordait dans ma petite tête et cela parasitait mon travail au quotidien. Sandra m’a  permis de ne plus avoir peur ni des avocats (oui, oui !) ni de faire grandir mon entreprise à moi. Ensemble, on a tout mis à plat et Sandra a répondu à toutes mes questions. J’avais beaucoup de mal à me sentir légitime en tant qu’entrepreneuse et j’avais aussi très peur de faire grandir mon entreprise : la micro-entreprise me semblait incroyablement confortable et simple. J’avais l’impression que tout allait s’écrouler et que je ne pourrais jamais assumer les charges d’une « vraie » entreprise (et que j’allais finir en prison à vie sans pouvoir payer mes charges, oui, je suis très mesurée sinon comme personne…).

Sandra a pris le temps de me rassurer et d’étudier ce qui était le plus adapté à mon cas. Elle a été d’une patience folle – j’aurais fui en me lançant des petits cailloux si j’avais été à sa place. Elle m’a proposé plusieurs solutions et m’a laissé le temps d’y réfléchir. Elle m’a toujours dit de prendre le temps, et que si j’avais peur, que si je repoussais ; il fallait que je m’écoute et que c’était tout simplement pas encore le bon moment. Et si vous saviez comme ses mots m’ont rassurée. Sandra aurait pu me faire peur, mettre en lumière tout ce qui était bancal dans mon organisation et qu’il fallait régler au plus vite. A l’inverse, Sandra m’a laissé le temps de réfléchir à tout ça et m’a toujours rappelé qu’il n’y avait pas d’urgence. Alors, et au fil des mois, on a tout réglé. Tout doucement et sereinement.

Grâce à Sandra, j’ai peu à peu pu voir le droit comme un outil pour me protéger et aider à faire grandir mon activité, et plus comme quelque chose qui fait très peur. J’ai pu voir aussi le droit comme une belle et joyeuse aventure humaine. Grâce à aux conseils de Sandra, j’ai aussi appris à me sentir à ma place en tant qu’entrepreneuse et à ne plus rougir en disant que, oui, j’ai une petite entreprise.

Alors, oui, Sandra est une fée.

 


 

Et puis, je suis très très très (je pourrais ajouter encore dix très) fière d’accompagner Sandra sur la communication de son cabinet et sur la réalisation de son site web. J’ai été très touchée par sa demande et par sa confiance. J’aime la vision humaine et sincère de son métier. Sandra a décidé de se dédier aux TPE et PME pour soutenir et accompagner les indépendants et les petites et moyennes entreprises plutôt que des groupes comme elle l’explique dans ce joli post. Disons que ce sont eux qui ont le plus besoin finalement d’aide juridique et qui ont souvent le plus de mal à bien   s’entourer.

Ensemble, on a travaillé sur son univers graphique et imaginé un logo pour son cabinet. On a travaillé sur une atmosphère à la fois élégante et chaleureuse.  On a également mis en place un site web qui va continuer à s’étoffer au fil des mois avec beaucoup de contenus pratiques. Et, je trouve ça tellement chouette de se mettre à la place de ses clients et de vouloir rendre le droit plus abordable et accessible. C’est aussi dans ce cadre-là que Sandra a décidé de mettre les tarifs de ses prestations en ligne – parce que oui, on souvent l’impression que l’on va mourir au moment de découvrir le tarif – et de travailler principalement à distance afin de faire baisser notamment le coût des prestations.

En parlant de contenu pratique, et dans le cadre du calendrier de l’avent, on a imaginé avec Sandra un guide juridique du blogueur pour répondre à toutes les questions qu’un blogueur pourrait se poser quand il se lance : quel statut choisir, comment protéger mes créations ou encore quelles sont les obligations dont un blogueur est soumis ?

J’ai trouvé le guide incroyablement intéressant. Je ne sais pas comment Sandra se débrouille mais, dès qu’elle parle d’un sujet, elle a la magie de le rendre à la fois simple et passionnant. Alors, ce guide en plus d’être complet et pratique, est intéressant, vraiment.

 

 

Contenu du guide juridique du blogueur

 

I. Quel statut faut-il choisir ?

Est ce qu’il faut vraiment choisir un statut ?

Les statuts : Le portage salarial, la société et l’entrepreneur individuel

 A quel moment ?

Est-ce compatible avec mon travail ?

II. Comment protéger mes créations ?

Protéger mon nom

Protéger mon contenu

Protéger mon travail

III. A quelles obligations suis-je soumis ?

Sur les images que je diffuse

Par rapport aux propos que je tiens

Sur les articles sponsorisés

 

Je crois que si je devais donner un dernier conseil, si vous décidez de vous lancer officiellement à votre compte (en tant que blogueur, graphiste ou conteur de belles histoires) ; je vous conseillerai de bien vous entourer et de prendre dès le départ un avocat et un comptable.

Cela peut faire peur. On peut se dire « plus tard ». On peut se dire que ce n’est pas le moment et que notre trésorerie est encore toute bancale – et c’est souvent le cas. Pourtant, c’est en ayant un cadre stable et sur lequel on peut s’appuyer que l’on arrive réellement à entreprendre, que l’on ose entreprendre. La première personne à qui j’ai fait appel lorsque j’ai créé mon entreprise  est un avocat pour rédiger mes conditions générales de prestation de service. Au delà de la rédaction de mes CGPS, je voulais être sûre que si j’avais un petit problème, j’aurais une personne qui serait là et qui pourrait m’accompagner et me rassurer.

Et si vous saviez comme avoir cette personne à mes cotés, comme avoir mes conditions générales de prestations de service faites pour moi et pour mon activité (et pas des conditions que j’aurais pu essayer d’écrire en oubliant forcement l’essentiel ou en copiant sur le voisin…) me rassurent au quotidien. C’est le plus beau cadeau que j’ai pu offrir à ma petite entreprise. Alors, oui, entreprendre demande quelques risques et investissements, oui oui oui. Mais bien s’entourer est, je crois, essentiel.

J’ai encore mille choses à vous écrire et j’aimerais prendre le temps de vous parler encore de Sandra et de ma vision de l’entreprise. Je me rends compte comme j’ai peu abordé ce sujet ici alors que c’est mon quotidien. Je me dis que je pourrais peut-être imaginer une semaine sur le blog – à l’image du calendrier de l’avent avec un article par jour – où je vous parlerai un peu des coulisses de mon quotidien.

On imagine aussi avec Sandra faire un appel à projet thématique chaque semestre/trimestre où le gagnant remporterait alors un accompagnement global pour se lancer (avec Sandra pour la partie juridique, avec moi pour la partie communication et peut-être aussi avec un expert comptable pour valider la viabilité financière du projet). Cela vous parlerait, dites ?

 

 

Découvrir le calendrier de l’avent
Télécharger le guide juridique de la blogueuse

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis