Le désert de Wadi Rum – Jordanie

wadi-rum-desert-9

 

A Wadi Rum, le paysage vous prend au corps, vous saisit.

Lorsque nous arrivons à l’entrée du désert, notre guide nous attend déjà. Faraj porte ce sourire propre aux bédouins, ce sourire qui vous transmet une énergie folle pour les journées à venir et qui rappelle que le bonheur tient à peu de choses. Ce sourire rassurant qui vous promet une rencontre qui vous marquera et vous transformera sûrement, aussi, un peu.

On saute, tous les six, à l’arrière du 4×4. A l’intérieur, ça bouscule ça chamboule ça secoue. Il suffit de quelques minutes pour que les paysages deviennent immenses et surprenants. Faraj nous montre les sept piliers de la sagesse qui nous encerclent. Autour de nous, du sable, des falaises sculptées par le vent et un ciel bleu immense. D’ici, tout semble plus simple. Au milieu du désert, le rythme s’accélère. Les yeux grands ouverts et l’enthousiasme au bord des lèvres, je m’agrippe un peu plus fort. Je me sens incroyablement vivante. Les plages de dunes et les parois de roche rouge se font face. Dans le rétroviseur, j’observe le sourire de Faraj chaque fois qu’il accélère un peu et que le vent se dessine alors sur nos visages.

A la naissance d’une dune, le véhicule ralentit. Les pieds nus, on touche le désert. Je ferme les yeux et fais un vœu. A mon premier pas dans le désert, à nos belles découvertes. On grimpe sur la dune. On s’enfonce dans le sable chaud. On se presse. Du sommet, le paysage est saisissant. On plisse les yeux, on s’agrippe à l’émotion. On voudrait capturer ses images pour les années à venir, les conserver au creux de soi et se promettre de ne jamais rien oublier. On descend en courant un peu et en riant beaucoup. Le moment parfait. Le coeur qui bat un peu plus fort et le désert qui nous saisit tous les six.


 

wadi-rum-desert-8 wadi-rum-desert-12 desert-4 desert-8 wadi-rum-desert-14 wadi-rum-desert-20wadi-rum-desert-10 wadi-rum-desert-16 wadi-rum-desert-51 desert-5 wadi-rum-desert-32 desert-10 wadi-rum-desert-29 wadi-rum-desert-38

De l’arrière du 4×4, la découverte continue. On ouvre les yeux un peu plus grands. Chaque tournant nous offre un nouveau visage du Wadi Rum, chaque vue nous surprend. Sur la roche, des dessins laissés par des nabatéens apparaissent. A 16 heures, on s’arrête au près d’un rocher. On se croirait alors dans un décor de cinéma. En mieux, en vrai. On rassemble quelques branches de bois. Faraj allume un feu et fait chauffer de l’eau. On s’assoie, tous les sept en tailleur, autour du feu. Pendant qu’il nous sert un thé, Faraj nous raconte son quotidien, ses histoires et ses souvenirs dans le désert. Dans le Wadi Rum, il y a aussi des vies et des rencontres qui se font, des champs de camomille entre deux collines qui apparaissent, des dunes de sable rouge et des figuiers sauvages qui vous surprennent.

Vers 18 heures, on se dirige vers le Captain’s desert camp où on dormira cette nuit-là. A notre arrivée, le camp respire la sérénité et le silence. Lorsqu’un bédouin nous sert du thé à la menthe en guise d’accueil, on atterrit doucement. Une demi-heure plus tard, on se rejoint à la sortie du camp. Quelques dromadaires et un guide nous attendent déjà. On grimpe dessus. On se retrouve alors perchés à quelques mètres du sol. Les dromadaires titubent, le guide nous raconte des blagues que l’on ne comprend pas toujours, le paysage nous enthousiasme. Le soleil se couche sur le Wadi Rum. Tableau parfait, tellement parfait.

 


 

wadi-rum-desert-58 wadi-rum-desert-59 wadi-rum-desert-67 wadi-rum-desert-73 wadi-rum-desert-76 wadi-rum-desert-81

Rentrés au camp, les émotions nous éclaboussent. On se donne rendez-vous vingt minutes plus tard autour du feu. Entre temps, la nuit est tombée. Un feu géant, un oud, du thé à la menthe, le bonheur grimpe à nouveau. Je glisse une veste sur mes épaules. La nuit, les températures dégringolent dans le désert. On se faufile et on découvre notre repas du soir enterré et encore couvert de cendres. Un zarb, un plat traditionnel bédouin qui demande plusieurs heures de préparation. A ce moment-là, je crois qu’on est tous émus tous un peu chamboulés d’être là. De recevoir autant de délicatesse et d’attention pour nous six. La gentillesse des bédouins, le dîner parfait autour du feu, le paysage à couper le souffle. A l’intérieur, les émotions se bousculent.

A la fin du repas, un groupe de bédouins joue du oud pendant qu’un autre se met à danser. Le ciel est remplie d’étoiles. Sur les visages, des sourires se dessinent. On partage un narguilé et quelques verres de thé avec Leila et Omar. Ici, on ne compte pas les verres de thé offerts. Un thé, comme une accolade, pour se souhaiter la bienvenue ou pour se dire que la vie est belle. Ce soir-là, les échanges sont doux et sincères. Le temps suspendu. Je mesure ma chance de vivre ces instants si parfaits et je la serre fort.


wadi-rum-desert-89

 


 

 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. katia

    C’est superbe tant le récit que les photos :) dehors il pleut, il fait tout gris mais tu m’as emporté avec toi dans le désert :)

    Répondre
    • Oh merci merci merci ! J’espère que tu auras l’occasion d’y aller aussi. C’est dix fois mieux en vrai ! :)

      Répondre
  2. Beaucoup de souvenir de notre voyage me reviennent en te lisant. Quel bel article !
    Pour notre part nous avons décidé de dormir à la belle étoile au milieu du désert, se réveiller avec le levé du soleil sur les falaises est l’un de mes meilleurs souvenirs de la Jordanie.

    Répondre
    • Oh, j’espère avoir l’occasion de dormir à la belle étoile un jour aussi dans le désert. Cela doit être une expérience incroyable.
      Merci beaucoup Lilie !

      Répondre
  3. Depuis mes 1ères années en Tunisie j’ai appris à adorer le désert, ces étendues de calme infinies, ce sable à perte de vue… même les nuits fraîches étaient agréables !
    Merci pour ce voyage au cœur des dunes Jordaniennes, ça fait très envie !
    Bisous

    Répondre
    • J’ai hâte de découvrir le désert de Maroc début septembre. J’ai l’impression en lisant les commentaires que le désert est apaisant pour beaucoup. J’espère que ma deuxième rencontre sera aussi intense et belle. J’ai adoré aussi la soirée et la nuit dans le désert.
      Merci à toi et bisous !

      Répondre
  4. Qu’est-ce que c’est beau : tes photos, ton texte, j’en ai la chair de poule <3 C'était vraiment un des moments les plus intenses du voyage, ça fait du bien de le revivre un peu.

    Répondre
    • Merci beaucoup beaucoup Juliette. Je trouvais mon article un peu (beaucoup) cliché lorsque je l’ai publié. J’ai d’ailleurs fait mille modifications avant (et pendant et après) l’avoir publié. Du coup, ton petit mot me fait forcement très plaisir. C’est tellement délicat d’écrire un article à la hauteur de si belles émotions et rencontres.
      Passe un joli week-end et merci merci merci ! ♥

      Répondre
  5. Le desert c’est la vie!! paradoxal mais tellement vrai. C’est dans le desert que je me ressource le mieux. Merci pour ton beau témoignage et tes belles photos

    Répondre
    • Tu as tellement raison. J’adore les paysages “brut”, les paysages qui nous rappellent la beauté et la puissance de la nature… et qui nous murmure en filigrane notre fragilité. Cela fait du bien de se recentrer sur l’essentiel.
      Merci à toi pour ton commentaire, merci.

      Répondre
    • J’espère que tu auras l’occasion d’y aller. Tu verras, c’est encore mille fois mieux en vrai !

      Répondre
  6. Ça m’envoie du rêve !! Il y a tellement de poésie dans ton récit… A tel point que j’aurais aimé vivre ce merveilleux moment avec toi (vous). Merci de nous faire partager ça !

    Répondre
    • Roh merci beaucoup Anne ! J’ai tellement eu du mal à écrire cet article que ton commentaire me fait vraiment plaisir. J’avais l’impression de transformer un moment magique en un article débordant de clichés et “dégoulinant d’amour”. Alors, merci merci merci. Tu me rassures. C’est chouette si j’ai réussi transmettre ce message-là.
      Et moi, j’aurais drôlement aimé que tu sois avec nous aussi. ♥

      Répondre
  7. Tes mots et tes photos sont magnifiques pour nous raconter l’indicible, le moment parfait comme tu dis !
    Et il faut croire que le désert a quelque chose d’extraordinaire, quelque chose qui nous ramène à l’essentiel tellement il a rien, tellement il y a tout ! J’avais ressenti quelque chose de très fort également dans le sud du Maroc.
    La Jordanie j’en rêve au même titre que l’Afrique, et ton histoire dans le désert me donne encore plus envie de la découvrir !

    Répondre
    • L’article a été très dur à écrire. Je ne savais pas trop comment écrire ce “trop plein d’émotions et de beauté”. WordPress me dit d’ailleurs que j’ai fait plus de 70 révisions (coucou la folle ! ^^). C’est tellement difficile d’écrire quand cela nous touche de tellement près je trouve. On tombe facilement dans le dégoulinant ou le cliché alors qu’on a vécu un moment qui nous semble tellement unique.
      C’était ma première fois dans un désert. Je vais justement en septembre au Maroc. J’espère que je ressentirais alors la même chose à nouveau. D’ailleurs, si tu as des conseils, je suis vraiment preneuse. <3
      Merci beaucoup pour ton commentaire !

      Répondre
  8. Pauline Kiwii

    Wahouh, je découvre ton blog avec cet article. Et ça me fait juste rêver. Un pays méconnu, mais des moments que tu as vécu qui ont l’air tellement unique et magique. L’envie de découvrir est dans chacun de tes mots. Je me suis imaginé là-bas quelques instants, et merci pour ça.

    Répondre
    • Merci beaucoup Pauline pour ton petit mot qui me touche beaucoup ! La Jordanie a été une belle découverte et surprise. Avant de partir, je savais déjà bien sûr que le voyage allait être joli mais je ne m’attendais pas à en voir autant. Cela a été une grosse claque. J’espère que tu auras l’occasion de t’y rendre un jour. Mon article résumé vraiment mal toute la beauté que j’ai vu ce jour-là.

      J’en profite aussi, et bien sûr, pour te souhaiter la bienvenue par ici. Je te dis à très très vite !

      Répondre
  9. C’est juste magnifique… Merci de nous faire découvrir ce pays, que j’ai ajouté depuis peu à la liste de mes voyages de rêve! Bon dimanche ♥

    Répondre
  10. Superbe billet, encore plein de douceur, comme partout où tu poses tes pieds d’ailleurs. Cela donne envie de partir avec toi, madame douceur, madame bonheur :)

    Répondre
  11. Ton texte et tes photos donnent tellement envie de vivre ces moments-là. J’aime beaucoup ta manière d’écrire, simple et touchante. On sent vraiment l’émotion à travers tes mots. Merci !

    Répondre
  12. Merci pour ce partage de ton beau voyage May, avec tes mots et tes jolies photos tu nous transporte un peu là bas. Moi personnellement rien ne m’émeut plus que des paysages, des ambiances.. Tu peux m’amener dans un musée, une expo rien. Mais là au milieu du désert (ou ailleurs) j’ai mille émotions, le souffle coupée et la chair de poule. Alors merci merci :)

    Répondre
  13. J’ai eu des frissons en lisant tes mots. Merci de nous faire voyager avec toi.
    (J’ai aimé que cette histoire commence par un sourire.)

    Répondre
  14. Lola

    Je decouvre ton blog et cet article est : beau
    Merci pour ces jolis mots et ces belles images.

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)