28 ans

republique-dominicaine

 

Aujourd’hui, j’ai vingt-huit ans.

Il y a dix ans, j’avais l’impression que, par la magie des dates, je devenais tout à coup adulte. Un peu grande, un peu libre. Un peu plus mesurée et sereine. En dix ans, j’ai appris doucement, et chaque jour, à le devenir. A essayer de le devenir. J’ai pensé changer le monde. Bien sûr, je n’ai rien changé. J’ai écrit, photographié, voyagé. J’ai grandi. J’ai lu et dansé. J’ai souri. Beaucoup souri. J’ai appris. J’ai pris un peu d’assurance. Je me suis apaisée. J’ai pleuré et je me suis écorchée. J’ai fait des choix. J’ai douté. Je ne voulais pas choisir, je voulais tout – je veux toujours tout. J’ai passé des nuits à oublier de dormir. J’ai travaillé. J’ai obtenu trois licences et un master. Pensé m’inscrire à douze autres. J’ai créé mon entreprise et adopté le plus mignon des chiens. J’ai déménagé. Je suis tombée folle amoureuse. J’ai pris des avions, rencontré des pays, découvert des personnes formidables. J’ai appris à parler espagnol. J’ai aimé. J’ai été obsédée par la beauté. Des mots, des corps, des paysages.

Il y a dix ans, tout pile, c’était un samedi, je partais courir seule. A l’arrivée, j’étais rouge comme une cerise. Je courrais, pour la toute première fois, plus de trente minutes. J’étais fière de mon corps qui avait été avec moi ce matin-là, fière de ma force d’y être arrivée. Le midi, je déjeunais et fêtais mon anniversaire avec ma famille. Mes parents m’offraient ma première caméra. J’avais de l’or entre les doigts. Je passais la soirée entourée d’amis. On a ri dansé parlé jusqu’au petit matin. Je crois que cette journée restera la plus douce de celle que j’ai pu vivre. Depuis ce jour-là, j’ai essayé de construire ma vie à cette image : comme une course vers la vie, une course créative folle joyeuse surprenante, une course où l’amour et la bienveillance sont au centre.

 

toulouse-avriltoulouse-maitoulouse

 

Aujourd’hui, j’ai vingt-huit ans et j’ai compris, appris, admis que tout évolue, tout. Que l’on change, que l’on essaie d’aller de l’avant, que l’on essaie de faire de son mieux, mais que malgré tout on ne maîtrise pas tout. Que les routes que l’on avait parfois imaginées prendre avec le sourire pouvaient nous donner, lorsqu’on s’approchait un peu trop près, envie de faire demi-tour. Et, par dessus tout, j’ai compris que ce n’était ni grave ni – forcément – important, que l’on avait le droit de changer d’avis.

Voilà, j’ai vingt-huit ans et j’ai compris que l’on avait le droit de se tromper, de faire des erreurs et de décider un matin de prendre une autre route. Que cela ne faisait pas de nous une personne moins bien ou moins intéressante. J’ai compris la force et la nécessité de reconnaitre ses doutes et ses erreurs. De ne pas les cacher, de ne pas en avoir honte et d’en faire sa force. Et puis, que c’était ça avant tout la vie. Avancer, se tromper, s’écorcher. Tâtonner, recommencer. Tenir debout, lever les yeux, et doucement, aller de l’avant.

J’ai vingt-huit ans et j’apprends doucement à maîtriser ma peur. A faire avec et à l’accepter. Je sais que tout change, que rien n’est figé. Que l’on continue de grandir à dix-huit ans, comme à vingt-cinq et soixante-douze. J’ai vingt-huit ans et j’ai l’impression d’en avoir dix-huit. Ces douze derniers mois, j’ai remis en cause la plupart des valeurs qui me semblaient évidentes, instinctives. Je les ai observées, retournées, questionnées. J’ai emprunté des routes mal éclairées. J’ai fait des pauses. Je suis revenue au point de départ plus sereine.

J’ai vingt-huit ans et j’ai l’impression à nouveau à avoir tout à apprendre comprendre connaitre. J’accepte mes failles et mes contradictions. J’apprends le monde. A tâtons. J’apprends à faire des erreurs, et à accepter d’en faire. J’apprends à ne pas être parfaite, à ne pas vouloir être parfaite. Je m’écorche, tombe, me relève. J’apprends la peur. J’apprends l’égoïsme. J’apprends les doutes. J’accepte de ne pas suivre de logique. De perdre le contrôle et de ne pas tout maîtriser. Je pense à moi. Je respire. J’écoute mon instinct et la toute petite voix à l’intérieur qui me guide. J’apprends les nuances de couleurs et à être bienveillante envers moi. Les risques et les compromis. Je sors des cases, je les colore.

J’apprends la beauté de la vie.

 

toulouse-avril-2016-48 toulouse-abattoirs

 

Aujourd’hui, j’ai vingt-huit ans et je sais que l’on peut changer, que beaucoup de choses sont possibles quand on les désire. J’ai vingt-huit ans et pour la toute première fois de ma vie, je ne me définis plus, avant tout, comme timide-angoissée-torturée. J’ai appris à maitriser l’angoisse de me retrouver au sein d’un groupe. A accepter ma réserve naturelle et mes craintes. Et, si vous saviez comme c’est doux, comme je suis fière de ça, comme c’est apaisant de maitriser peu à peu cette angoisse qui vous paralyse, d’apprendre à l’accepter et à aller de l’avant.

J’ai vingt-huit ans et j’apprivoise mon corps. Je ne me fuis plus. Je sais me regarder dans un miroir et sourire. J’ai allumé les étoiles. Je sais que l’on peut changer son rapport à soi. Je sais que l’on peut se détester, se fuir durant vingt-cinq ans ans, et apprendre doucement, un jour, à s’aimer un peu. Qu’on peut avoir un déclic et commencer à vivre entièrement. Voilà, le décider et se donner les moyens et le temps d’avancer.

J’ai vingt-huit ans et je sais que l’on peut modifier des choses qui nous semblent innées, instinctives, et qu’à partir de ce moment-là beaucoup de choses semblent tout à coup possibles. Je sais qu’on peut jouer et prendre de la distance avec ses peurs. Alors, doucement, j’apprends la force du temps et de la patience.

J’ai vingt-huit ans et des envies d’ailleurs. Je rêve de poser mes valises quelques mois au bout du monde et d’apprendre une nouvelle langue. De rencontres, de sincérité et de partages. J’ai vingt-huit ans et je ne sais plus trop bien où je vais, ni comment je veux y aller. Je ne sais pas où je serai dans cinq dix vingt ans. J’ai vingt-huit ans et j’apprends à aimer ce quotidien-là rempli d’incertitudes de poésie et de vie. Je sais déjà que l’amour, la beauté, et la bienveillance resteront le fil conducteur de cette vie-là et que j’en fabriquerai quelque chose de lumineux et qui me ressemble.

J’ai vingt-huit ans et j’apprends à relativiser. J’apprends à faire confiance en la vie, en l’univers. En mon étoile, J’apprends à écouter la petite voix à l’intérieur qui me murmure chaque jour de croire en moi, de m’écouter et à ne pas penser à demain. Ne t’en fais pas, tout ira bien.

 

 

Oh, et puis, si cela vous dit : le texte de mes 27 ans, celui de mes 26 ans et celui de 25 ans.

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Comme à chaque article, j’ai envie de te dire Merci. Merci pour le bien que tes mots procurent.
    Cet article est plein d’espoir. J’ai bientôt vingt-trois ans, et j’espère que dans cinq années, moi aussi j’aurai réussi à apprivoiser certaines peurs, certains doutes, à être plus forte et à vivre pleinement comme tu dis.
    Continue d’écrire, encore et encore. C’est si doux, apaisant… Ça fait du bien.

    Répondre
    • Oh merci merci merci. Mais oui, oui, oui. On apprends tout doucement, on s’apprend. Et puis, on change, on s’éloigne, on s’apprend à nouveau. C’est un peu magique et passionnant. Cela serait triste et on s’ennuierait vite sinon. :-)
      Des bises et merci à toi. <3

      Répondre
  2. Mélanie

    Je te souhaite un très joyeux anniversaire May :) Je vais sur mes 26 ans en novembre moi… haha ! Et je comprends pas mal de tes mots du coup …! Des bisous !

    Répondre
    • Je crois qu’on passe toutes plus ou moins par les mêmes étapes. C’est quand même dingue, et tellement chouette de voir qu’on continue pleinement à vivre (même rentré dans la vie active). J’avais peur de m’endormir, et puis en fait, non non non : on grandit, on (s’)apprend, on avance et c’est drôlement chouette !

      Répondre
  3. Cette note est d’une infinie douceur, elle donne envie d’y croire, en soi, en la vie, en l’evolution douce que l’on suit. Joyeux anniversaire May Je te souhaite de la douceur en pagaye pour aujourd’hui et tout au long du chemin jusqu’au 22 avril prochain Merci pour tes mots justes, ta gentillesse et ton soutien. Tu es aussi lumineuse que tes mots et ce que tu te souhaites pour demain
    À très bientôt !

    Répondre
  4. Un tres joyeux anniversaire ! J’ai appris aussi que l’on devait pas adulte du jour au lendemain et qu’on continue chaque jour à en apprendre sur nous même et le monde qui nous entoure … très bel article :)

    Répondre
  5. Je vais avoir 26 ans dans un mois, et j’attends avec impatience de vivre cette année nouvelle! Chacun son rythme, chacun ses doutes…parfois, les blessures mettent plus de temps à se refermer, mais on finit toujours par surmonter ses démons…un pas après l’autre! Merci pour ce très bel article! :)

    Répondre
  6. Quel joli témoignage.. Du haut de mes 23 ans tout neufs, j’aimerais arriver aux 28 avec tant de belles choses à dire, avec la même sérénité, et cette foi en l’avenir et en soi.
    Aujourd’hui encore, et malgré bien des progrès, mes angoisses me rongent, et parfois me dévorent.
    Je ne trouve ma place nulle part, quand je crois pouvoir enfin poser mes valises imaginaires, je me sens à nouveau prête à repartir, avec une certaine amertume. Rien ne me semble plus difficile que de se découvrir soi-même.
    Mais ce texte m’a remplie d’espoir, l’espoir de me poser un jour enfin, symboliquement parlant bien sûr, car mes envies de voyages ne tarissent pas. De m’accepter, de dompter ces angoisses, et cette timidité aléatoire.
    J’aime ta façon d’écrire, de dire..
    Bon anniversaire, par ailleurs :)

    Répondre
  7. Véronique

    Chère May Je te souhaite un très bel anniversaire Que cette journée/soirée soit magique et douce à l image de tes mots… Je te souhaite une année de bonheur, de surprises, de rencontres, de voyages, de projets….Bises

    Répondre
  8. En te souhaitant un bon anniversaire ce matin sur HC, je savais que tu publierais un beau texte comme tu en as l’habitude de nous offrir.

    Répondre
  9. C’est toujours un bonheur de lire tes textes-anniversaires (les autres aussi ;)!) De te voir grandir, changer, prendre confiance et toujours garder la lumière des petites choses, comme un phare dans l’adversité. C’est important de grandir, changer, oser… Et oui, ça prend toute une vie! Et c’est ça le bonheur, quelque part ^^ ! Des bisous et bien sûr un très bon anniversaire à toi!

    Répondre
  10. Typhaine

    Joyeux anniversaire May!!
    Merci pour ce joli texte, je me retrouve beaucoup dans tes mots. Dans ce que tu décris par “accepter ma reserve naturelle” en particulier… C’est difficile mais tellement agréable d’y arriver.
    Je te souhaite une magnifique année, plein de bonheur et d’inspiration pour tes jolis projets! Qu’elle soit à la hauteur de tes rêves même si je suis sûre que de toutes façons tu saura la colorer :)

    Répondre
    • Mais oui, mais oui, mais oui. J’imagine que c’est une évolution logique/normale. On s’apprends et on s’accepte doucement avec les années (alors que plus jeune, on voudrait tellement pouvoir être parfait/entier). C’est tellement doux d’apprendre qui on est, et d’aimer qui on est (et d’arrêter la guerre).
      Merci pour tes mots. Merci beaucoup. <3

      Répondre
  11. Audrey

    Je m’approche des 25 ans et tes 28 ans m’apaise me rassure et me donne envie de courir vers mes rêves !
    Je te souhaite un beau weekend ! :)
    Audrey

    Répondre
    • Va cours vole ! Tu verras, plus on grandit, et plus on se dit que la vie est quand même drôlement chouette. <3

      Répondre
  12. Bon anniversaire la belle ! Continue de t’émerveiller, de sourire et de te souvenir des belles choses :) Tu es parfaite tel que tu es

    Répondre
  13. Manaelle

    Comme toujours, des mots qui réchauffent, qu’on a envie d’applaudir, des mots qui nous ressemblent (sauf pour les 3 licences et le master… wahou, tu m’impressionnes ! Je fini à peine mon master, et je n’ai qu’une envie fuir ahah je n’aurai jamais réussi à faire 3 licences ! Bravo !) je te souhaite un merveilleux anniversaire, plein de belles choses, toujours ;) une année lumineuse et bienveillante
    (Et là il faudrait une fonction photo ajoutée au commentaire comme ça j’y glisserais ce qu’il y a pile devant mes yeux, accroché au dessus de mon bureau: ta petite carte : se souvenir des belles choses toujours, mon petit mantra à moi, grâce à toi :) )

    Répondre
    • Oh, oh, oh. <3
      C'est fou comme certains mots peuvent toucher et faire du bien. C'est fou comme c'est rassurant. C'est fou, fou, fou. Oh, et puis, pour la photographie, je la veux bien par mail (oui, je perds pas le nord !).
      A très vite <3

      Répondre
  14. Avec un petit jour de retard, je te souhaite de jolis 28 ans, May. Tu as tort de penser que tu n’as rien changé (du monde qui t’entoure), chaque fois que je te lis, tu amorces en moi des micro changements, tu me redonnes de l’élan, me fait paraître mes rêves moins inaccessibles le temps de la lecture, me fait achever tes articles sur des “et si… ?”, des “Chiche !” qui bousculent parfois mon petit confort de façon positive. C’est beaucoup de choses. <3 <3 <3

    Répondre
    • Marion, ton commentaire me touche beaucoup. C’est un peu la magie de ce blog, me dire que peut-être, il peut (a pu) aider (un jour) une deux trois quatre personnes à voir la vie un peu plus joyeuse, à se dire que c’est possible. Alors, tes mots sont un joli cadeau d’anniversaire.
      Mille mercis. <3

      Répondre
  15. Nous te souhaitons un doux anniversaire (certes, un peu en retard… il doit déjà avoir été bien fêté) et bien des jolies découvertes, des voyages et des partages pour l’année qui débute.

    Répondre
  16. Joli anniversaire, May.
    C’est étonnant comme sur tes pages le terme bienveillance prend tout son sens. Ou du moins, tout le sens que j’aime à lui donner – ce terme est tellement galvaudé. Qu’il est agréable de te voir grandir et partager tes expériences!

    Répondre
    • Oh <3
      Je crois que l'on peut te décerner la médaille des mots qui font chaud au cœur et qui font sourire-sourire-sourire.

      Répondre
  17. J’ai pas pris le temps de t’écrire. J’y ai pensé, et comme très souvent ces temps-ci, j’oublie, je repousse. Parfois la vie est un peu grise, alors aujourd’hui je prends ce temps, je me l’impose.
    Il y a bien des années maintenant que l’on se connait à travers nos écrans. Parfois on parle davantage, parfois on se lit en silence. Le fait est que toutes ces années j’ai appris à connaître une femme extraordinaire, pleine de rêves, d’imagination, de poésie. T’es une poète du quotidien, tu émerveilles, les belles choses, tu les créé. Je suis très fière de connaître quelqu’un comme toi, de TE connaître. Fière de te voir évoluer et devenir encore plus femme, encore plus poète.
    Je te souhaite -un peu en retard, je m’en excuse- le plus merveilleux, le plus doux, le plus fantastique des anniversaire. puisse la vie te couvrir de merveilles. Fais nous voyager à travers tes mots et tes yeux, continue de vivre à mille à l’heure. Continue de réserver des voyages-dernière-minute. continue de rêver et de sourire chaque jour qui passe.
    Je t’embrasse, fort.

    Répondre
  18. Jolie May, je te lis souvent sans laisser de trace, et pour la première fois j’ose te faire un signe,
    parce qu’une petite voix me chuchote que c’est important.
    Parce que ce texte lumineux sur tes 28 ans fait drôlement écho à ce que j’écrivais, pile un mois avant (je suis née le 23 mars) : https://saharabande.wordpress.com/2016/03/24/dix-ans-apres/
    Parce que juste avant de le découvrir, je me demandais qu’allait écrire la douce Amélie sur son thé encore chaud, pour ses 28 magiques http://letheestencorechaud.tumblr.com/.
    En vous lisant, une fois de plus je réalise combien j’aime la richesse et les détours de notre langue d’un pays à l’autre, et je me dis ce serait beau de croiser nos trois francophonies (française, belge et québécoise), un jour, quelque part…
    Un abrazo fuerte, depuis Montréal.

    Répondre
    • Oh, Lise, à courir un peu partout le jour de mon anniversaire, je me rends compte que je ne t’avais pas répondu et comme pourtant ton mot (et vos mots) m’avait touché.
      Et oui, pour croiser nos mots. Oui, oui, oui. C’est tellement magique tout ça. Tellement.
      (et puis, merci d’avoir aussi osé écrire ce mot. Si tu savais comme il m’a mis du baume au coeur).

      Répondre
  19. une nouvelle fois un texte magnifique qui me donne des frissons! j’aurai moi aussi 28 ans en octobre et ce que tu décris est ce que j’apprend (ou essaye d’apprendre depuis quelques mois). Moi aussi je ne sais plus ou je vais, ni comment, et c’est rassurant de voir qu’a 28 ans je ne suis pas la seule a etre sortie du chemin et à ma poser ces questions. Tu as raison, il faut du temps et de la patience, et surtout cette croyance en une force, une étoile, en qui il faut avoir confiance! bon anniversaire avec du retard ;)

    Répondre
    • Je trouve ça quand même dingue de voir que l’on passe (presque) tous par la même phase et les mêmes doutes. C’est à la fois hyper rassurant (ouf, je suis pas seule et c’est normal) et angoissant (on est pas si unique en fait ?). :-)
      Mais oui, croire en son étoile, en son bonheur, et se dire que, dans tous les cas, cela finit toujours par s’apaiser et s’éclaircir avec le temps. Et que, cela ira.

      Répondre
  20. Louna

    J ai découvert ton blog par une amie.
    J ai aussi 28 ans comme toi et je me reconnais tellement dans ton post. Je suis en train de traverser tout ça: remettre en cause mes idées reçus, apprendre à m’aimer, écouter ma petite voix et ne plus me définir à travers le regard ou l opinion que les autres ont de moi. C’est long mais quel apaisement et quelle douceur. Quelle liberté aussi
    Comme toi, j aimerai que mes prochaines années soient sous le signe de l amour et la bienveillance. C’est tellement important.
    J avais déjà lu ce post mais ce soir, comme je n avais pas trop le moral, je l ai relu et je me suis sentie apaisée et de nouveau sereine après la lecture.
    Tes mots sont ceux que je ressens au fond de moi.
    J’ai aussi lu ton post apprendre à s aimer et je m y suis aussi reconnu! Les assiettes controĺées et les tu as pris quelques kg, tu es pas grosse mais il faut les perdre…. Et comme toi,avant, la culpabilité après avoir trop mangé ou les reproches que je me faisais devant le miroir
    Mais comme toi je.suis en train d apprendre à m aimer comme je suis, cest long mais on est tellement mieux après!
    Merci pour ses post et ton blog.
    Je te souhaite une bonne soirée.

    Répondre
  21. Je découvre ton blog et j’aime beaucoup la façon dont tu écris ! Je vais avoir bientôt 28 ans et je ressens un peu les mêmes choses… :) j’ai hâte de découvrir plus encore ton univers.

    Répondre
  22. Isa

    Je viens de découvrir ton blog et de parcourir quelques articles… et celui ci… comment te dire, ces quelques mots me rappellent ma propre expérience et ce cheminement similaire… dans moins d’un mois j’en ai 37: période de bilan, passé remué parfois pour essayer d’améliorer les choses “la prochaine fois”… tu sembles avoir perdu moins de temps que moi et grandis plus vite, bravo… Je pense lire d’autres textes dans les jours à venir et y prendre autant de plaisir, sincèrement magnifique ce que tu écris…

    Répondre
    • Ton mot me touche beaucoup beaucoup beaucoup.
      Merci de m’avoir lue, merci d’avoir pris le temps de l’écrire, merci.
      Je te souhaite la bienvenue par ici et je te dis à très vite alors ? <3

      Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)