Lancer son entreprise : une histoire de confiance en soi


 

Ce qu’il y a de formidable dans mon travail, c’est ce partage de valeurs avec mes clients. Tous, sans exception, partagent les mêmes valeurs que moi et je répète souvent que j’ai une chance folle de travailler avec des personnes qui me ressemblent autant et me donnent leur confiance – je sais qu’il en faut, de la confiance, pour laisser son bébé entreprise entre les mains d’une autre personne.

Avec mes clients, notre histoire est finalement souvent proche. On jongle entre la technicité de notre travail, la volonté de bien faire et cette recherche centrale de sens et d’authenticité. Je n’ai jamais à me battre avec mes clients : aucun de mes clients ne m’a jamais proposé de me payer en échange de visibilité, a oublié de me payer ou a manqué de respect à mon travail. Cela me semble souvent dingue quand j’entends des freelances me raconter leur quotidien et je serre fort ma chance.

Je n’ai jamais eu à justifier non plus mes tarifs et aucun de mes clients – ou prospects – ne m’a dit que j’étais trop chère et à essayer de brader mon temps. Je crois que l’on porte en commun cette sincérité et cette envie d’avoir une vie simple, juste et qui place l’humain au centre. Je suis respectueuse et mes clients le sont aussi. Je crois aussi que les personnes qui décident de travailler avec moi – je n’ai jamais fait de prospection et je ne saurai définitivement pas en faire – ne décident pas de me contacter par hasard.

Et si bien sûr, s’ils font appel à moi en partie pour mes qualités professionnelles ; la part d’humain reste, je crois, centrale. Comme eux, et à leur coté, j’essaie de travailler de la manière la plus juste, bienveillante et sincère. Je ne suis ni dure ni froide. Je ne cache ni ma sensibilité ni mes émotions. Et, je suis persuadée que l’on peut travailler, avec passion et bonne humeur, tout en étant exigeant et professionnel.

 

 


 

J’ai besoin d’avoir un travail-passion qui me colle au cœur et qui m’anime. Je ne sais pas vendre ni travailler sur un projet dans lequel je ne crois pas sincèrement. Je crois en l’authenticité et en la passion. Depuis que j’ai créé mon entreprise il y a quatre ans, le fil conducteur de tous mes projets reste cette recherche de sens. Bien sûr, j’ai grandi, j’ai affiné mes prestations, je sais un peu mieux ce que je souhaite faire, ce que je sais faire et de la façon dont je souhaite le faire. J’ai aussi trouvé, tout doucement, un équilibre entre ma vie professionnelle et personnelle. J’ai appris à me détacher, sans culpabiliser, de mon travail.

Mais, ce qui reste, depuis le lancement et pour tous mes clients, est cette nécessité de comprendre pourquoi la personne a décidé de se lancer et ce qui la meut, ce qui la rend heureuse au quotidien. C’est le point de départ de chacun de mes projets et c’est ça que j’essaie ensuite de mettre au cœur des communications que l’on imagine ensemble.

Si mon travail consiste à mettre une image et des mots sur un créateur ou une entreprise, à donner une forme concrète, tangible, à une idée ; j’essaie toujours d’accompagner mes clients de manière plus globale, de les guider pour prendre conscience de la richesse de leur histoire et de leur projet.

 


 

Je crois que l’on ne lance jamais son entreprise par hasard et que c’est souvent une décision complexe et difficile à prendre. C’est se séparer d’une certaine forme de sécurité et donner beaucoup de soi et de son temps à un projet dans lequel on croit. On vit, respire, mange pour son entreprise. C’est un bébé que l’on couve et que l’on veille en espérant qu’il prenne la forme souhaitée. Il faut l’aimer, très fort.

Je crois aussi qu’il est nécessaire que notre entreprise fasse corps avec nos valeurs profondes. Qu’il est essentiel de croire en son projet. Si on croit pas en son entreprise – et plus largement en soi et en sa faculté à la faire naitre -,  et que l’on essaie de (se) gommer, cela me semble bien sûr un peu triste mais cela me parait surtout souvent dommage d’un point de vue plus commercial et stratégique. Je crois que l’on excelle quand on vend ce en quoi en croit, quand on se sent réellement à sa place.

 


Je n’ai jamais vraiment eu l’impression d’avoir de la concurrence – c’est une question que l’on me pose régulièrement et à laquelle je ne sais pas vraiment répondre – parce qu’au delà de vendre une prestation, je propose ma sensibilité, mes valeurs et mon regard. J’essaie de travailler de la façon qui me semble la plus juste et sincère que cela soit en terme de méthodologie, de tarifs ou de prestations. J’aime prendre le temps de connaitre mes clients, de les écouter. Je ne promets jamais rien que je ne pourrais pas tenir.

Mon objectif est de rendre mes clients un peu plus sûr d’eux, en leur donnant les moyens et outils de communication adaptés. Je refuse systématiquement une communication agressive et que je ne saurai porter. Je préfère toujours une communication sincère et authentique. Si, bien sûr, en terme de résultats immédiats, on peut parfois aller un peu plus vite, je crois que la meilleure façon de fédérer sur le long terme et se démarquer (et en être heureux et un peu fier !) et de créer une communication à son image.

A partir de là, j’ai conscience bien sûr que mon regard et ma façon de travailler correspondront à une toute petite cible, mais, vous savez, ces personnes sont parfaites et les meilleures à mes yeux. Je crois que l’on choisit, mutuellement, de travailler ensemble sur ce pacte implicite.

 

 

 


Avec Emilie, photographe à Toulouse, on a beaucoup discuter de tout ça. Je lui ai répété tout le bien qu’elle m’a apporté de part son regard et ses photographies – toutes les photographies de cet article ont été prises par Emilie. Elle m’a confié le bonheur d’avoir une communication à son image, qui la montre comme elle est. On s’est retrouvé dans ce thème : la confiance en soi.

Un soir, on a imaginé proposer des ateliers où l’on pourrait parler de ce thème-là. Emilie, à travers son travail de photographe, moi dans le cadre d’un accompagnement plus global, sur la façon par exemple de communiquer, de manière juste, avec transparence et pudeur, quand on lance son entreprise ou que l’on recherche un emploi. C’est encore très flou et on rêve beaucoup.

On imagine un lieu où l’on pourrait se retrouver quelques jours et échanger, travailler, avancer ensemble. Je ne sais pas si cela vous parlerait ? Vous nous dites ?

 

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Ton article est plein de passion, de respect et d’une force à donner le meilleur en toute honnêteté. Ca change des discours de business habituel et je comprends que tu aies une relation privilégiée avec tes clients. Bonne continuation à toi

    Répondre
    • Stéphanie, merci beaucoup beaucoup pour ton mot qui me touche beaucoup (à la fin, on pourra compter combien de fois j’ai écrit “beaucoup” !). Je crois que c’est la toute première fois que j’écris sur ma façon de voir ma petite entreprise et je tremblais un peu en publiant cet article. J’ai l’impression de me mettre un peu à nue (et puis, j’ai toujours cette difficulté à me sentir légitime en tant qu’entrepreneur).
      J’essaie, depuis le lancement, de m’écouter en sachant que, souvent, je ne fais pas les meilleurs choix “commerciaux” mais qu’ils me correspondent et qu’ils me rendent heureuses. J’ai compris que c’était l’essentiel pour moi.

      Répondre
  2. Oh, comme tout cela me parle, May !
    J’ai quitté mon boulot en partie à cause de cela : on me demandait de communiquer d’une manière qui ne me ressemblait pas/plus et de mettre (trop) de côté des idées, mes envies et mes sourires. Je n’étais plus capable de travailler avec passion et je suis bien incapable de faire correctement mon travail si je ne suis passionnée par ce que je fais.
    Aujourd’hui, au bout de quelques semaines de free-lance, je ne peux pas, bien sûr, crier encore tout haut que je fais ce que je veux, mais j’ai au moins la chance de pouvoir tenter de mener les projets auxquels je crois et qui me font sourire. Et je te rejoins d’ailleurs sur ce point : je demande toujours-toujours-toujours à mes potentiels futurs clients ce qui les fait sourire, ce qui les anime, pour savoir un petit peu les connaître et avancer ensemble.

    Comme toujours, tes mots sont justes et pudiques, et oh que j’aime quand tu nous parles de ton travail comme cela. Tu es une véritable petite flamme d’inspiration pour moi et souvent, lorsque j’ai un petit coup de mou, je me rappelle que quelque part, tu es mon petit modèle de « on peut très bien être sensible, sincère et bien travailler ».

    Répondre
    • Camille, ton commentaire me touche beaucoup beaucoup beaucoup. Tu sais que depuis des mois, je réfléchis un petit peu à comment grandir, à comment monter sur la marche supérieure tout doucement et sans perdre l’équilibre. Et à chaque fois, je pense à toi. Chaque fois, je me dis que si je devais travailler avec une personne, cela serait (dans mon idéal à moi) toi. Je crois que l’on a une façon de travailler très proche que cela soit en terme de valeur, de méthode ou d’esthétisme. Et pus, aussi, tu m’inspires beaucoup.
      Voilà, c’était le commentaire mille fois trop niais (et il faut donc comme je te le dis depuis des semaines que je t’envoie un mail, voilà).

      Répondre
  3. Bonjour May,
    En tant qu’entrepreneuse qui à travailler avec vous c’est tout à fait cela :avoir une communication à notre image avec beaucoup de douceur.
    Pour les ateliers photo cela me parle beaucoup et ça serait vraiment topissime

    Répondre
  4. Toi = ❤
    Je pense que dans la vie, il faut toujours “faire en accord avec soi-même” et si on part du principe que le métier fait partie de ta-ma-notre vie, le même principe se doit d’être appliqué : “ne jamais rien faire qui ne soit pas en accord avec ta-ma-notre manière d’être, tout simplement”.
    Un coucher serein tous les jours est très important pour moi, par conséquence, j’essaye toujours d’agir en plaçant cet “accord avec soi-même” au centre de mes actions. Je n’ai pas dit que c’était facile, non, mais j’essaye…
    En fait, on peut peut-être dire que tu ne peux pas nourrir ton ventre sans nourrir à la fois ton âme !
    Très belles photos, May.

    Répondre
  5. cela faisait longtemps que je n’avais pas eu le loisir de passer te lire et c’est toujours un bonheur. Je partage ta recherche de sens dans le travail et c’est bien souvent un casse-tête pour moi qui n’envisage pas la vie en freelance de trouver un cadre dans lequel être en accord professionnellement. Un grand bravo de suivre cette aspiration et de construire ce projet chaque jour :)

    Répondre
  6. ouuuuuuuu que ça fait du bien de lire ça. je suis en pleine mue professionnelle. En train de lâcher un CDI bien pépère au chaud pour me lancer dans un métier qui m’attire profondément. Dans lequel les valeurs ont une place primordiale. J’adore déjà mon futur métier même si pour le moment j’apprends donc je suis parfois prise de doutes dans ma capacité à y arriver… mais je suis entre de bonnes mains. cela dit, il va falloir que je me vende un peu, mais j’ai quelque espoir que les personnes qui viendront vers moi ne viendront pas par hasard.. j’y crois, et je me dis que c’est déjà un bon début.. non ? quand je lis tes mots, je me dis que oui, c’est possible d’y arriver, alors merci pour ça. mon futur métier ? coach de vie !

    Répondre
  7. Juliette

    Quel exemple pour les petites têtes en construction qui rêvent beaucoup mais ont un peu peur de ne pas trouver leur place… Merci pour tes mots et la douceur de ton univers

    Répondre
  8. Tu as toujours de si beaux mots. J’adore te lire. Je me suis lancée comme freelance il y a 10 mois et j’ai la même façon de voir mon travail : avec honnêteté et passion. Ce que tu as écris m’inspire beaucoup et j’espère pouvoir avoir la même expérience, aussi enrichissante que la tienne :).

    Répondre
  9. La passion et la volonté nous mènent toujours très loin, soit fière de toi, tu a en plus de ça, un blog magnifique et je te souhaite une belle réussite et une bonne continuation ;)
    Xx

    Répondre
  10. Ton article me booste. Je suis au démarrage de mon activité artistique et j’y crois, malgré les difficultés du démarrage. J’ essaie au maximum de respecter celle que je suis pour etre fiere un jour du résultat et m’y reconnaître. Merci pour ce témoignage

    Répondre
  11. marie kléber

    Quel beau message tu partages May. C’est un vrai bonheur de te lire, cela donne des ailes pour aller au bout de ses rêves. La confiance en soi c’est un vaste chantier mais un tremplin si important quand on veut avancer dans la vie et dans nos envies.
    Cette idée d’atelier me donne des papillons dans le coeur!
    Belle continuation à toi.

    Répondre
    • Merci beaucoup Marie pour ton mot qui me touche et me rassure. C’est toujours un peu compliqué de parler de ce qui nous meut. Je me rends compte, au fil des années, que la vie me semble tellement plus douce et apaisée avec un tout petit petit peu de confiance en moi que j’ai envie de le crier-murmurer à tout le monde. C’est quand même dingue tout ce que l’on peut réaliser (ou s’empêcher de réaliser) à partir d’une histoire de confiance.

      Répondre
  12. pauline

    Coucou May, tes articles me parlent toujours beaucoup et me font voyager, rêver, penser, vibrer, c’est tellement agréable ! Celui-ci n’y fait pas exception, et il n’y a pas un jour sans que je questionne ma confiance en moi, la vison de mon entreprise, mes aspirations professionnelles, mes choix commerciaux, mes partenariats et la liste est longue :) parfois c’est difficile et j’ai l’impression que je ne m’en sortirai jamais, et d’autres fois je me dis que tout va aller merveilleusement BIEN ! Je choisis comme toi, tous les jours, de rester en accord avec moi-même, de trouver l’équilibre, et de travailler avec mes clients pour créer ou re-créer de douces histoires, avec de belles couleurs autour des fauteuils et des chaises qui font partis nos vies. Je serai très intéressée pour un atelier sur ce thème :) chaleureuses bises
    Pauline

    Répondre
  13. C’est quand je lis ça que je me dis qu’il faut que je revois mon positionnement pour être plus sereine. Les 3/4 de mes mails commencent par “je n’ai pas d’argent mais je crée une start up prometteuse” et ma dernière cliente a mis plus de deux mois a me payer. Tout ça me prend beaucoup d’énergie. Je vais essayer de peaufiner mon discours pour dissuader ce genre de discours/comportement et pouvoir travailler de manière plus sereine.

    Répondre
  14. Mon dieu j’ai adoré ton article. Je viens tout juste de me lancer. Tout comme toi mon point fort je pense que ce sera ma sensibilité, ma passion et le cœur que je mettrais dans chaque relation client, dans chaque projet.
    C’est très inspirant de te lire.
    Je me suis abonnée à ton insta et ton hello Cotton ! Hâte d’en lire plus..
    A bientôt

    Répondre
  15. Je souscris tellement à ce que tu écris dans cet article. Et oui, ça me parlerait beaucoup, que vous fassiez prendre corps à ce rêve d’ateliers, avec Emilie.

    Répondre
  16. Pas toujours facile pour la confiance en soi en ce qui me concerne mais depuis que j’ai créé mon activité et que je cotoie d’autres personnes créatrices comme moi, ce qui me frappe avant tout c’est la sincérité de chacun. Nous faisons toutes quelque chose que nous aimons et c’est ce qui est fondamentalement différent avec ma ancienne carrière en entreprise. tout c’est pas simple loin de là mais l’engagement dans ce que l’on est fait est vraiment différent et impactant. je trouve ça chouette toutes ces petites entreprises et ce courage que chacun met pour développer son activité. Cela montre beaucoup de soi aussi.

    Répondre
  17. Bravo pour ce post qui montre qu’il est possible de coordonner le plaisir à son travail et que c’est même le but ultime ! en tout cas ça devrait l’être…et en effet il faut de la confiance en soi pour se jeter à l’eau.
    J’adore !

    Répondre
  18. Marianne

    Tu as raison May, quand on est aligné avec son être profond, ses désirs, son travail, on se réalise et de belle façon. C’est une grande chance que d’y parvenir tu sais, j’ai bien conscience que ça demande du travail, de l’audace, d’oser…c’est pour cela que j’aime bien te lire, tu es sur ton chemin, celui qui te convient et que tu as su emprunter. Cela se sent, meme à distance…Bonne route !

    Répondre
  19. Bonsoir, il y a bien longtemps il me semble que j’avais laissé sur votre blog mon adresse et la demande de la newsletter;
    et voilà que ce soir j’ouvre votre message : léger, doux , discret mais cette douceur même conduit à avoir envie de vous répondre , de vous écrire.
    J’ai donc découvert et pris de vos nouvelles . Charmée de les partager . Interessée cependant car je lance ma petite entreprise aussi. Mais avec beaucoup plus de raideur que vous car je panique pas mal. Alors après avoir tout lu , réconfortée par cette source lumineuse et si paisible que vous faites transparaître , et par rapport à la fin de vos nouvelles , si cela vous tente , avec votre amie et coéquipière , venez réfléchir et travailler chez moi quelques jours à vos projets… Je vous y invite: la maison est vaste et confortable avec ses chambres d’hôtes, sa cuisine loft …les extérieurs propices aux balades ou farniente , la contrée belle et riche car c’est le périgord vert….A peut -être…. Amicalement.

    Répondre
  20. Te lire fait du bien, et redonne beaucoup de sens à des valeurs comme le respect, la confiance mutuelle, l’honnêteté, l’engagement sincère et la joie toute simple de créer quelque chose pour quelqu’un en étant à l’écoute de ce qu’il souhaite, sans n’avoir que comme objectif la rentabilité à tout prix…
    Les photos sont lumineuses et reflètent fidèlement ce bel état d’esprit.
    Merci pour ce bel article.
    Bises, belle journée.

    Répondre
  21. très bel article, tout te correspond si bien ! après un long moment d’absence, je relance mon blog et du coup, je me reconnecte à la blogo … et c’est un plaisir de te retrouver !

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)