A bientôt Singapour ?


 

Je suis à l’aéroport de Singapour. J’ai encore quelques heures devant moi avant d’embarquer. Je retrouve les mêmes repères que lors de mon escale pour Melbourne il y a un an tout pile. Je revois les mêmes panneaux, les mêmes boutiques, les mêmes restaurants. Au retour, l’avion avait été retardé et on avait passé six ou sept heures à l’aéroport. D’ailleurs, je vous écris du même café, de la même table de là où l’on avait partagé un dernier verre avec Anne, Nath et Florian avant d’embarquer. Oh, les belles coïncidence !

Alors, forcement, tout se bouscule dans ma tête. Je pense à l’Australie, c’était il y a un an. Je pense à tout ce que j’ai pu découvrir depuis. A mes escapades en Egypte, au Mexique, au Canada, en Thaïlande. Je pense à cet été hors du temps en Espagne, à mes affiches vendues et cette première vue de mon agenda, puis de mon magazine dans une librairie. Je pense à ces douze derniers mois dingues surprenants enthousiasmants. Je pense à cette semaine à Singapour. Je pense à Winnie, ma guide adorable, qui m’a aidé à organiser mon séjour et m’a accompagné sur place. Je pense à ma chance de voyager et à ma bonne étoile.

Je pense à ces premières heures dans Singapour dimanche dernier où je découvrais Chinatown et cette pensée que je serai heureuse durant cette semaine-là. Je pense à mon sommeil qui joue à cache-cache depuis des jours et à la fatigue oubliée par l’envie de tout voir tout connaître tout découvrir. Je pense à mon enthousiasme, et encore, je m’enthousiasme. Je pense à Holly qui doit m’attendre à l’appartement et à sa petite bouille quand je pousserais la porte de l’appartement après vingt heures de trajet.

Je pense à mon travail et au retard pris. C’est la toute première fois que je prends un peu de retard en voyage, et je crois, que mon cerveau avait besoin de faire cette pause-là. Alors, je souris et je pense à la jungle thaïlandaise et à ses gratte-ciels. Je pense à ses hôtels incroyables et à tous les plats que j’ai pu dévorer-gouter-aimer ici. Je pense à ma balade en vélo à travers l’ile de Pulau Ubin, aux serres géantes Gardens by the Bay et aux maisons colorées de Katong. Je pense un peu tout ça et j’ai le coeur qui bat un peu plus fort.

 
 


 

En voyage, j’ai toujours mille idées d’articles et de choses à créer et écrire. Je suis heureuse et je crois que cela ressent tant de ma vie quotidienne que dans mes projets professionnels et mon envie de créer-écrire-photographier. Tout me semble lié et en équilibre.

Cette semaine, j’ai pensé plusieurs fois qu’il faudrait que je vous écrive sur cette façon, ou plutôt sur ma façon, de percevoir mon quotidien, mon métier et de faire en sorte qu’il me corresponde au fil des jours. Sur cette nécessite aussi d’écouter, et de faire briller son étoile comme l’écrirait Diane. Sur la façon dont j’essaie d’avancer, un pas après l’autre, et de trouver et conserver en moi un certain équilibre. De jongler entre mes rêves, ma vie personnelle et professionnelle.

Je sais combien cet équilibre est délicat à trouver et, plus que tout, comme il est précieux à conserver. Je sais qu’il suffit parfois d’un mot ou d’une journée un peu gris-brouillon pour que les doutes prennent à nouveau le dessus. Je sais aussi que s’écouter, dans un contexte où la peur domine souvent – peur de se tromper, de le regretter ou encore de manquer – est souvent complexe.

Je sais enfin que j’aurais pu, sûrement, un peu mieux « réussir » en acceptant parfois des projets qui ne me correspondaient pas totalement et en faisant taire ma petite voix à l’intérieur. Mais, je sais, et je crois que c’est l’essentiel, que cela ne me rendrait pas heureuse sur le long terme et que cette vie-là ne me ressemblerait pas. Au quotidien, j’ai besoin de sens, de créer et de liberté.

Depuis toute petite, j’essaie de m’écouter. Je doute de beaucoup de choses et j’ai souvent très peur. J’arrive, malgré tout, à toujours prendre en compte mes émotions et mon ressenti lorsque je dois prendre une décision importante. Je me laisse alors guider et j’ai souvent cette drôle d’impression de sauter dans le vide. Alors, je ralentis, je respire, j’y vais sur la pointe de pieds et je me répète que tout ira bien.

Jusqu’à aujourd’hui, vous savez, je n’ai jamais regretté une seule décision, même quand cela se passait pas tout à fait comme prévu, même quand c’était un peu compliqué ; j’en suis toujours ressortie avec des émotions positives et des apprentissages.
 
 


 

Singapour a été un voyage beau et surprenant. J’ai beaucoup appris sur la culture singapourienne et sur la place de Singapour dans le monde. J’ai été fascinée part ce jeu d’équilibriste entre la culture occidentale et orientale – et qui a fait écho à mon équilibre à moi.

J’ai aussi eu, au fond de moi, cette confirmation que j’aimais voyager seule, vraiment, mais que parfois aussi, j’aimerais bien partager certains lieux ou certaines émotions avec les personnes que j’aime. C’est bête, mais je sais aujourd’hui que c’est une véritable envie, et non une peur. Il y a quelques années, vous m’auriez parlé de voyager seule (ou tout simplement d’aller au cinéma seule !), je m’en serais sentie incapable. Non, par manque d’envie, mais par peur, par peur de me sentir seule et du regard des autres.

Doucement, j’ai appris à vivre mon quotidien selon mes valeurs et en écoutant cette petite voix dont je vous parlais un peu plus haut. J’ai appris à faire ce dont j’avais envie et de la façon dont j’avais envie. Même si cela peut paraitre parfois un peu étrange, décousu ou fou perçu de l’extérieur ; j’ai appris à écouter mon bonheur et à me détacher du regard que l’on pourrait porter sur ma façon de gérer mon quotidien. C’est, à mes yeux, la seule façon d’être heureuse. Aujourd’hui, je sais, et j’ai accepté que je suis d’une nature plutôt solitaire et que voyager seule a aussi quelques avantages. C’est un moment, pour moi, à moi, dédié à la création. Et, dans la vie, ce qui me rend heureuse plus que tout, est de créer et d’apporter ensuite un peu de bonheur, de confiance, de légèreté ou de poésie en les partageant. En voyage, j’écris, je ralentis, je m’étonne, je photographie. J’imagine, je dessine et je souris. Je prends des cafés au soleil. Et, plus que tout, j’aime consacrer ce temps-là pour me retrouver.

Quand j’étais plus jeune, j’avais l’impression d’avoir appris à me connaître et que tout serait un peu plus linéaire maintenant. J’avais peur de m’endormir dans quotidien et d’oublier la saveur des premières fois. Au fil des années, je me rends compte comme le chemin et l’apprentissage de soi, et du monde, est à la fois long, surprenant et intense.

Et comme c’est beau de se libérer doucement de ses peurs pour vivre pleinement sa vie.

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi
C'est promis

Vos commentaires
sont des petites douceurs
Mille mercis à vous

  1. Je me suis reconnue dans chacune des lignes que tu écris, lorsqu’il s’agit des voyages bien sûr, mais aussi et surtout lorsqu’il s’agit de créer sa vie, son métier, de mêler la vie professionnelle, personnelle et le reste.
    Enfin, bref, merci, c’est beau, et ça fait du bien.

    Répondre
    • Merci beaucoup Sophie pour ton mot. C’est tellement essentiel d’apprendre à s’écouter. Je crois qu’une vie à subir ce que l’on devrait être/faire/pas faire, doit être finalement bien tristoune.
      A très vite !

      Répondre
  2. Rester fidèle à soi-même, c’est la grande leçon que j’ai apprise ces dernières semaines May. Je crois que c’est de cette manière qu’on peut réellement vivre une vie qui nous ressemble et nous apporte. On se découvre dans chaque expérience de la vie. Je suis heureuse de lire tout ce que cette semaine t’a apportée. On dirait que tu gagnes en assurance et confiance ces derniers temps et c’est très agréable à contempler.
    Belle et tendre journée à toi.

    Répondre
    • Oui, je crois que je grandis doucement (et que j’ai souvent trèèèès peur encore aussi mais que j’avance !).
      Cela me touche que tu le remarques et cela me glisse un grand sourire (et je me dis que ça va aller). <3

      Répondre
  3. Eollya

    Etre soi même, écouter sa petite voix … tu ne peux être que sur la bonne voie . Je viens de te découvrir par hasard … et tu touches mon coeur par tes photos et tes textes … Merci pour ton partage et ta générosité , merci pour ton humilité et ta sincérité

    Répondre
    • Au, mais avec plaisir ! <3
      J'en profite pour te dire un grand merci d'avoir pris le temps de déposer ces quelques mots, et te souhaiter la bienvenue par ici.

      Répondre
  4. Tes mots me confortent dans mon choix de vie, de devenir freelance aussi, d’écouter mon coeur plus que les ont dit…Ton parcours est vraiment beau et tu peux être fière de toi !

    Répondre
    • Oh, merci Aurore, et oui, je t’encourage à écouter tes envies. C’est l’essentiel. Je crois que l’on arrive finalement qu’à se surpasser et exceller quand on est vraiment à sa place.
      Je ne crois pas que mon parcours soit particulièrement beau, en revanche, je crois qu’il me ressemble, et c’est déjà beaucoup. :)

      Répondre
  5. Quel beau voyage et tes textes ! C’est toujours un plaisir de te lire :-) Je savais que Singapour te plairait et que tu y trouverais beaucoup d’inspiration. Comme toi, j’aime bien voyager seule par moment. Il y a quelques années je n’aurais jamais pu manger seule dans un resto, aujourd’hui…je ne me pose aucune question. Je savoure le moment et je ne vois pas les autres. Je crois que savoir passer du temps avec soi est un beau cadeau et peu de personnes y arrivent au fond.

    Répondre
    • Merci, merci Céline. Tes mots me touchent beaucoup (c’est un peu con, mais quand c’est une personne que j’apprécie et que j’admire beaucoup par son parcours, cela me touche encore plus !).
      Singapour était drôlement, drôlement, chouette (merci pour tes conseils, encore !).
      Et oui, je suis d’accord qu’il faut apprendre à s’aimer, à passer du temps pour soi et avec soi et à l’apprécier. Je trouve ça tellement tristoune les personnes qui passent leur vie à se fuir et à voir besoin d’un regard-miroir pour commencer à vivre. Et oui, oui, oui, quand on a peur (du regard des autres et de paraitre seul…), c’est finalement que notre propre peur que l’on perçoit. En vrai, personne ne passe son temps à pointer les gens seuls (et heureux !) du doigt. <3

      Répondre
  6. Un bel article qui vient conclure un superbe voyage! Comme Marie Kleber, à travers tes mots je te trouve de plus en plus épanouie ;) Bravo May et gros bisous!

    Répondre
    • Oh, merci la jolie ! Cela fait tout chaud au coeur, et oui, je vais bien. Je crois que l’on s’apprend et que l’on va finalement de mieux en mieux en grandissant non ? :-)

      Répondre
  7. Très bel article. Comme tu le dis, c’est important de s’écouter. C’est pas toujours facile de savoir reconnaître les messages de son intuition, parfois, pour ma part, je ne sais pas l’écouter.
    Belle journée May :)
    Kelly

    Répondre
  8. J’aime tellement lire tes articles sur le fil de tes pensées, ça fait écho en moi, et ça me conforte dans les choix que je fais, pour moi, pour ma vie, pour la vie. Et ça fait un peu moins peur comme ça, merci merci merci

    Répondre
  9. Sylvie

     » … se libérer doucement de ses peurs…. vivre pleinement sa vie… ».. tout un programme ! Ce qui est formidable,c’est que tu arrives à faire cela à présent,jeune…pour beaucoup de  » l.ancienne  » génération ( dont je suis une fidèle représentante :) ).. il aura fallu beaucoup plus de temps pour réagir. Continues et profites ! Affectueusement. Une  » vieille  »

    Répondre
  10. May, si tu savais comme ton article me touche ! Chaque fois que je te lis, c’est comme si tu m’ouvrais des voies et que je me surprenais à croire qu’il serait possible de les emprunter. Je suis chaque fois prise d’un élan, éphémère, souvent, malheureusement, mais j’ose croire qu’il en reste malgré tout toujours un petit grain de sable.

    Répondre
  11. Toujours aussi fan de ce que tu écris, des mots justes qui trouvent toujours un écho en moi. J’espère un jour me diriger vers l’équilibre comme toi.

    Et j’aime vraiment tes photos, ton univers est un véritable coup de coeur.

    Répondre
  12. Oumayah

    Bonjour May,
    Tes mots sont touchants et ton univers est un pur bonheur, il allie beauté et professionnalisme…bravo, tu peux être fière de toi

    Répondre
  13. Véronique

    Bonjour May,
    Je te suis… de loin, je ne t’oublie pas. Je passe régulièrement, je ne laisse pas toujours un commentaire. Hier, paisiblement j’ai lu tes billets sur Singapour et j’ai voyagé avec toi. Et j’ai observé avec tes yeux, senti avec tes 5 sens. Merci pour ce beau récit. Merci pour tous ces partages. Ça me fait du bien, ça me pose toujours un sourire sur mon visage. Parfois je me reconnais un peu. Parfois j’apprends de toi, de ta démarche. Oh mille mercis May. Bonne continuation ! A très bientôt. Et pardonne-moi si je ne suis pas aussi présente que je le désire…

    Répondre

Déposez un commentaire
et souriez, vous êtes fantastique

  • (ne sera pas publié)